Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 21:52

J'ai reçu un message d'un lecteur me demandant comment faire pour se concentrer...

La question est vaste, très vaste, mais le problème paraissait urgent (notes justes, inquiétude de l'étudiant, année qui commence...) et touche, il est vrai, une quantité incroyable de personnes.

 

Une technique à tester immédiatement, qui fait ses preuves dans le domaine de la concentration à tous les niveaux (scolaire, personnel, professionnel...):

Munissez-vous d'un chronomètre, réglez-le sur 15 minutes et pendant ces 15 minutes-là, ne soyez concentrés que sur ce que vous faites, lisez, apprenez, regardez... Au préalable, vous aurez éloigné toutes les sources de distraction qui font partie de notre quotidien (téléphone, ordinateur...: ils ne doivent pas vous servir de chronomètre, sinon vous allez être tentés!!!).

 

Pourquoi ça marche?

Tout simplement parce que le fait de se donner un temps bien délimité soulage, apaise, "déstresse". Notre cerveau voit dans cette durée un effort moins important que ce qu'il aurait cru à l'origine et y consent plus volontiers.

Ensuite, parce qu'au bout de ces minutes de concentration extrême, non seulement on se sent fier d'y être parvenu, mais on se rend compte aussi que ce n'est pas si difficile que cela, ce qui donne envie de recommencer!

 

Comment progresser?

En augmentant le temps de concentration progressivement, de 5 minutes en 5 minutes, jusqu'à arriver à une moyenne honorable de 40-45 minutes de concentration d'affilée.

Une fois arrivés à ce stade, vous pourrez travailler par plage de 45 minutes de concentration - 10/15 minutes de pause - 45 minutes de concentration et ainsi de suite.

 

J'espère que cela vous a aidé,

 

Bon courage!

 

(Si vous avez d'autres demandes, nhésitez pas!)

Published by J.T - dans Méthodes
commenter cet article
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 22:12

L’enfant dyslexique peut s’avérer très désorganisé, à la maison comme en classe.

 

A la maison, cela peut se traduire par des pertes de matériel, et même de cahier, des oublis de livres dans la préparation du cartable, des cahiers posés dans tous les recoins de sa chambre, ou d’autres pièces…

Comment l’aider ? 

Vous, parents, vous pouvez :

-l’accompagner lors de la constitution de son cartable, pour vérifier qu’il n’a rien oublié. Attention toutefois à le laisser peu à peu gagner son autonomie. Pour cela, soyez plus démonstratif qu’actif : montrez-lui comment s’y prendre pour ne rien oublier (s’appuyer sur l’emploi du temps et le cahier de texte où les enseignants précisent s’ils ont besoin du manuel ou non, procéder par ordre chronologique de la journée, heure par heure, et non par une vue globale de la journée, prendre son temps, faire une dernière vérification avant de fermer le cartable…) ;

-afficher dans un endroit bien visible une copie de son emploi du temps, sur tableau effaçable, avec des cases à côté, qu’il cochera au fur et à mesure qu’il préparera son cartable (ex : quand il a mis ses affaires de français, il coche la case français – pareil pour la case EPS, et ainsi de suite) ;

-instaurer un système de couleurs à la maison, pour chaque matière : livre et cahiers de mathématiques en rouge ; livre et cahiers de français en vert…, par exemple. Cela facilitera le repérage et le rangement de son matériel ;

-instaurer un système de casiers sur lesquels se trouveront des étiquettes à l’intitulé de chaque matière, afin qu’il y range tout son matériel chaque soir (compas, calculatrice… y compris) ;

-faire un inventaire régulier de son matériel et une revue régulière de son organisation, pour voir quels points il lui faut encore améliorer, ainsi que ce qui fonctionne le mieux ;

-regarder régulièrement l’état de ses cahiers et lui faire coller tous les documents qui traînent (à la bonne place !) ;

-afficher un planning sur deux ou trois mois (à renouveler régulièrement, donc), sur lequel vous ferez figurer certaines dates butoir (examens, contrôles, devoirs à rendre…) et faire barrer, surligner… les jours qui passent afin que votre enfant ait bien conscience du temps qui avance, du temps qu’il lui reste et des échéances qui approchent. Cela lui permettra de mieux s’organiser dans son travail.


Mise en garde pour les parents : Au maximum, faites en sorte que les affichages scolaires indiqués ci-dessus ne soient pas oppressants dans la chambre de votre enfant, qui doit rester un lieu de détente et de bien-être, pas un lieu où les exigences scolaires sont rappelées à chaque coin de mur. Un endroit qui me paraît intéressant est le dos de la porte, accessible, mais pas systématiquement visible.

Published by J.T - dans Dys-
commenter cet article
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 07:13

Entre deux sorties et deux parties de jeux, vous pouvez accorder un peu de temps à votre scolarité en révisant ou en lisant quelques ouvrages destinés à votre niveau. Des conseils par ici :

 

Préparer la rentrée : Quelle organisation?

 

Préparer la rentrée : Se motiver pour réussir

 

Bien commencer sa 3ème

 

Bien préparer la 3ème, conseils de lecture

 

Bien préparer la 4ème : Conseils de lecture

 

Bien préparer la 2nde : Conseils de lecture

 

Bonnes vacances et bon travail !

Published by J.T - dans Tous niveaux
commenter cet article
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 10:33

Sauf cas extrême de dyslexie, la lecture est possible pour les enfants dyslexiques, et elle peut même devenir un véritable plaisir, une véritable bulle d’isolement et de rêve, comme pour tous les autres enfants.

Toutefois, bien souvent, l’absence de prise en compte et/ou de connaissance de leur trouble crée des tensions avec les adultes qui essaient, plus ou moins adroitement, de les inciter à lire davantage. Ces tensions peuvent aboutir à de réels blocages, qui sont difficiles à lever, mais pas impossibles !

Côté parents, comment, donc, éviter ces blocages ou les lever ?

 

Tout d’abord, sachez que, spontanément, tout enfant a soif de découverte et d’évasion et comprend que le livre peut être une porte vers un ailleurs qui le ferait rêver. Mais pour les enfants dyslexiques, cet ailleurs peut vite se transformer en source de souffrance car les lettres, les mots, les phrases peuvent s’enchaîner sous ses yeux sans qu’il en tire de plaisir, sans même qu’il n’en comprenne le sens.

Le rôle de l’adulte, dès lors, est de l’accompagner dans sa démarche de lecture, de l’aider à trouver les processus, les démarches, les questionnements qui lui permettront de comprendre le sens des histoires et, finalement, de comprendre enfin pourquoi tout le monde fait l’éloge de la lecture.

 

Plusieurs démarches s’offrent aux parents. Vous pouvez profiter du rythme plus tranquille des vacances pour les essayer avec votre enfant :

* Vous pouvez partir d’un des centres d’intérêt de votre enfant pour l’inciter à lire : documentaire, fiction, bandes dessinées sur le thème choisi, tout est bon pour que votre enfant comprendre les intérêts de la lecture. S’il est passionné de chevaux, choisissez de courtes nouvelles ou des textes documentaires sur la vie de ces animaux, accompagnés de belles images, et parcourez les documents avec votre enfant, en le laissant vous guider sur les passages qui l’intriguent le plus et que vous pourrez lui lire à haute voix. Peu à peu, proposez-lui de lire à son tour, dans sa tête ou à haute voix, et  vous expliquer ce qu’il a compris. Cette dernière étape, celle de la reformulation, est essentielle pour que l’enfant dyslexique fasse un effort de remémoration et de reconstitution logique (ou chronologique) de ce qu’il a lu. Cela vous permettra également de corriger d’éventuelles erreurs de compréhension.

Suite à cela, vous pouvez lui proposer de mettre sur ordinateur ce qu’il a retenu, avec les illustrations de son choix, pour en faire une belle affiche en couleur venant décorer sa chambre.

Plus tard, vous pourrez aussi inverser les rôles et prendre l’un de vos centres d’intérêt et demander à votre enfant de vous lire quelques paragraphes dessus.

 

* Vous pouvez aussi faire de la lecture un jeu : proposez alors un texte court (il existe des nouvelles, des contes, des poèmes en prose parfaits pour cela) que chacun doit lire (vous et votre enfant – votre enfant et ses frères et sœurs – votre enfant et quelques copains). Ensuite, imaginez un jeu de devinettes, de questions pièges sur l’histoire, questions faites par vous ou faites par les participants eux-mêmes pour piéger leurs adversaires, avec un système de points et un petit cadeau (une glace !) pour le gagnant (ou pour tous les participants si vous ne voulez pénaliser personne).

 

* Enfin, n’hésitez pas à faire écouter à votre enfant des textes lus, ou même théâtralisés, afin de développer son plaisir et son intérêt face à la lecture.

La bibliothèque sonore d’Evreux est excellente pour cela : http://bs.evreux.free.fr/catalog.htm

Plus tard, peut-être pourrez-vous aussi inciter votre enfant à faire des lectures similaires de ses histoires préférées, en mettant le ton. Car, sachez-le, la lecture à haute voix, pour les élèves dyslexiques, n’est pas si inenvisageable que l’on voudrait bien le faire croire : dans mes classes, j’ai souvent vu des élèves dyslexiques très volontaires et enthousiastes à l’idée de lire à haute voix et, même, de jouer quelques scènes de théâtre !

 

Ces suggestions ne sont que quelques-unes parmi tant d’autres, que je vous livrerai progressivement, au fil de mes expériences et de mes réflexions.

 

 

Courage, et amusez-vous bien !

 

(Si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas, je suis toujours preneuse)

 

 

 

 

 

Published by J.T - dans Dys-
commenter cet article
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 07:09

L'été est l'occasion de décompresser et d'oublier l'année passée au travers d'activités et de sorties de détente bien méritées.

Mais ce peut être aussi l'occasion de préparer sereinement la rentrée suivante, de combler quelques lacunes sans subir la pression des notes, des enseignants ou même des parents.

Quelques conseils, alors, pour vous y mettre en douceur...

 

 

Pour bien commencer l’année de 3ème, cruciale dans la scolarité, il est nécessaire de maîtriser plusieurs notions essentielles, acquises au cours de vos 3 précédentes années au collège.

En voici la liste, accompagnée de liens vers des récapitulatifs de leçon et/ou des exercices d'entraînement. N'hésitez pas à les faire plusieurs fois au cours de vos vacances.

En littérature : Etre capable d’expliquer les caractéristiques, de définir les genres suivants :

-la poésie, ainsi que deux de ses genres : la poésie lyrique et la fable ;

-le récit fantastique et le récit réaliste

-la nouvelle et le roman

 

En grammaire :

-les catégories grammaticales (lien : http://methodesprof.over-blog.com/article-reviser-les-categories-grammaticales-105650645.html)

-les expansions du nom

http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-55718.php

http://www.salle34.net/les-expansions-du-nom-exercice/

http://www.etab.ac-caen.fr/collegebrassens/sequence/orthgram/expans.htm

-les types de phrase et leur effet

http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-34764.php

-les compléments circonstanciels

http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-15198.php

http://www.ortholud.com/grammaire/complements/quatre.php

-les mots de l’exclamation

-discours direct et indirect

leçon et exercices : http://lewebpedagogique.com/ressources-fle/files/2010/05/Le-discours-rapport%C3%A9.pdf

http://enseignerpartager.free.fr/documents/grammaire/parolesrapportees.pdf

 

Orthographe / conjugaison : 

-travaillez en particulier les homophones grammaticaux (ces mots qui se prononcent de la même manière, mais qui s’écrivent différemment).

Voici un rappel de leçon :

http://www.ac-nancy-metz.fr/pres-etab/collalainfournierfreyming/enseignements/francais/greniermalicia/pages/Cours/Homophones_grammaticaux.pdf

Vous trouverez des exercices d’entraînement ici :

http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-35773.php

http://ameliorersonfrancais.com/exercice/les-homophones-grammaticaux/

http://www.ortholud.com/exercices_de_grammaire_3.html

 

-vous devrez également maîtriser les principales temps et modes.

Vous trouverez des exercices d’entraînement ici :

http://la-conjugaison.nouvelobs.com/exercice/conjugaison-0-39.php

http://leconjugueur.lefigaro.fr/exercice

 

En travaillant 1/2h tous les jours, vous préparerez efficacement votre 3ème et votre brevet ! Bon courage !

Published by J.T - dans Collège
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 20:14

Les dys-, qu’est-ce que c’est ?

On désigne par là des enfants atteints de troubles cognitifs et/ou de troubles des apprentissages. Plusieurs cas de figure doivent être distingués, en voici les plus fréquents :

-tout d’abord, les dyslexiques, qui connaissent des difficultés dans le langage écrit (orthographe grammaire, vocabulaire) mais parfois également à l’oral (compréhension, capacité à formuler une phrase ou une opinion, à trouver les mots justes…). Ils peuvent être également très lents en production écrite.

-ensuite, les dysphasiques : ils connaissent des difficultés du langage oral, que ce soit en réception (difficultés à comprendre ce qu’on leur dit) ou en production (difficultés à produire un énoncé, à se faire comprendre). Cela peut conduire à une attitude proche du mutisme.

-enfin, les dyspraxiques, qui connaissent des difficultés dans les mouvements (écriture souvent illisible, copies sales, difficultés à s’habiller, maladresses) ou dans le repérage spatiotemporel. De plus, ils sont souvent très lents à l’écrit.

 

C’est une présentation sommaire, ces troubles ayant des conséquences trop variées pour être résumées dans cet article.

 

 

Est-il dys- ?

Que ce soit pour les parents ou les enseignants, en cas de doute, la 1ère chose à faire est de discuter, de communiquer ensemble, avec l’infirmière ou le médecin scolaire si besoin, pour faire le point sur les capacités et difficultés de l’élève.

A partir de là, un bilan orthophonique (ou avec un autre professionnel comme un ergothérapeute) peut être conseillé (attention, le délai peut être long…). Seul ce professionnel a les compétences pour déclarer un élève dys- ou non. Aucun enseignant, aucun membre de l’équipe éducative ni aucun parent ne peut prendre cette liberté.

 

 

Il est dys- : quelles démarches ?

Grâce à la loi 2005 sur les personnes en situation de handicap, progressivement, les établissements scolaires ont appris à accueillir et à travailler avec les élèves dys. Selon le degré de difficulté de l’élève, deux types de scolarisation sont envisageables :

-la scolarisation en milieu ordinaire (la plus fréquente) : l’élève est dans une classe ordinaire et suit tous les cours normalement (avec des adaptations au cas par cas) ;

-lorsque la scolarisation en milieu ordinaire n’est pas totalement possible (difficultés trop lourdes relevant du handicap), la scolarisation peut se faire en ULIS (Unités Localisées pour l’Inclusion Scolaire) spécialisée notamment dans les TSL (Troubles Spécifiques du langage). Là, l’élève naviguera entre des cours en classe ordinaire et des cours en ULIS,  avec un enseignant spécialisé.

 

Dans tous les cas, après le bilan fait par le professionnel, les parents doivent prendre rendez-vous avec l’équipe éducative pour l’organisation d’une réunion officielle où seront décidées les adaptations scolaires et pédagogiques à mettre en place pour favoriser la réussite de l’élève ainsi que l’éventuelle mise en relation avec la Maison Départementales des Personnes Handicapées si les difficultés sont lourdes et demandent des séances de rééducation, un ordinateur, une AVS (auxiliaire de vie scolaire)… impliquant une prise en charge financière, entre autres.

 

Les parents d’enfants dys- ne doivent pas rester isolés : les professionnels (de la santé ou de l’enseignement) sont là pour les aider, les orienter et les épauler dans leur quotidien, pour qu’ils apprennent à gérer au mieux les difficultés de leurs enfants  et à les conduire sur une voie de réussite.

De nombreuses associations existent également, vers lesquelles il est possible de se tourner pour trouver de l’aide ou de l’écoute.

 

 

A venir :

Aider un élève dyslexique à la maison

Aider un élève dyslexique en classe

Published by J.T - dans Dys-
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 08:34

La fin des vacances de la Toussaint approche, il est temps de repenser sérieusement à l'année scolaire en cours et d'effectuer un premier bilan.

 

Quelles sont les matières où vous vous sentez particulièrement à l'aise, où vos résultats sont convenables, voire satisfaisants?

- A quoi est-ce dû?

- Pourriez-vous faire mieux? Comment?

- En pensant à ces réussites, que ressentez-vous? Est-ce une sensation agréable, que vous voudriez faire durer?

--> Ne relâchez pas vos efforts dans ces matières. Au contraire, accentuez ces points forts qui ne peuvent qu'augmenter votre moyenne et vous donner une bonne opinion de vous-même.

 

Quelles sont les matières où vous avez plus de difficulté?

- Est-ce dû à un manque de concentration ou de travail? Si oui, la solution est toute trouvée, quitte à demander un changement de place auprès de vos professeurs, pour vous séparer de vos camarades.

- Est-ce dû à des difficultés de compréhension? Si oui :

*avez-vous essayé de trouver de l'aide auprès de votre professeur ou d'un camarade?

*avez-vous essayé de perfectionner votre compréhension à l'aide de votre manuel ou d'exercices sur internet?

*avez-vous pensé à vous inscrire aux études et soutiens qui commencent souvent après les vacances de la Toussaint?

*avez-vous un proche qui pourrait vous donner un coup de main?

- Avez-vous envie de progresser dans ces matières?

- Etes-vous prêt à vous donner les moyens de progresser ? (temps supplémentaire à accorder au travail à la maison (donc temps en moins sur les loisirs); changement d'attitude en classe; réflexion sur l'orientation...)

- Concrètement, comment allez-vous vous y prendre pour progresser?

*en terme de temps de travail?

*en terme d'attitude?

*en terme d'organisation et de méthode?

Prenez des engagements avec vous-même et reprenez confiance en vos capacités!


--> Dites-vous bien que, dans tous les cas, rien n'est jamais perdu! A force de travail, de méthode et de volonté, vous pouvez arriver à progresser dans n'importe quel domaine. Le tout, c'est de décider de changer et de comprendre que cela se fera dans votre intérêt et dans votre intérêt seul. Il s'agit de votre scolarité, de votre réussite, et de cela seul.

Published by J.T - dans Méthodes
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 06:25

 

Dès la 6ème, et souvent même dès l’école primaire, les élèves font la connaissance des fameux contrôles de conjugaison, qui suscitent deux réactions totalement opposées : l’enthousiasme ou la peur, mais en tout cas, jamais l’indifférence…

L’enthousiasme à l’idée d’avoir une excellente note,

La peur à l’idée d’échouer une nouvelle fois…

 

Et pourtant, hormis les cas de dyslexie lourde, maîtriser ses conjugaisons est si facile, et si gratifiant. En effet, que de satisfaction en constatant que l’on est capable d’efforts, de progrès et de réussite, que de satisfaction à maîtriser des temps que beaucoup jugent difficiles, que de satisfaction à obtenir de bonnes notes en conjugaison, de la 6ème à la 3ème, que de satisfaction, enfin, à constater que ce travail rejaillit sur d’autres travaux (rédaction, devoirs maisons) et parfois même d’autres matières !

 

 

Comment faire ?

Chaque semaine, abordez un nouveau temps de la manière suivante :

-le dimanche soir, pour le temps programmé, parcourez les tableaux de conjugaison de votre manuel : faites des fiches des verbes les plus difficiles, avec une dizaine de verbes couramment utilisés.

-à partir du lundi, et chaque jour, prenez 10 minutes pour travailler vos conjugaisons, organisées ainsi : 4 minutes pour relire les fiches – 6 minutes pour réciter à l’écrit des tableaux de conjugaison. Vous pouvez évidemment allonger ce temps de travail si vous le souhaitez (notamment en période de vacances).

-le samedi, prenez le temps d'une grosse révision et d'une récitation de tous les verbes figurant sur votre fiche. Pensez à vous corriger dans un stylo de couleur, car il est démontré que la couleur joue un rôle important dans la mémorisation.

 

Quelle progression adopter ?

 

Semaine

Temps à réviser

21/10/2012 – 27/10/2012

Présent de l’indicatif

28/10/2012 – 03/11/2012

Imparfait

04/11/2012 – 10/11/2012

Passé simple et passé antérieur

11/11/2012 – 17/11/2012

Passé composé

18/11/2012 – 24/11/2012

Plus-que-parfait

25/11/2012 – 1er/12/2012

Futur simple et futur antérieur

02/12/2012 – 08/12/2012

Révisions de tous les temps

 

 

Ensuite, tous les mois, prenez l'habitude de faire une révision générale de tous les temps, afin que vos connaissances soient solides et durent longtemps.

 

En suivant cette progression, sans vous décourager et avec conviction, les progrès devraient être réels, rapides et, surtout, durables ! Vous avez tout à gagner à maîtriser vos conjugaisons, pour toutes vos années collèges du point de vue des notes, et pour toute votre vie, du point de vue de vos écrits personnels et professionnels.

 

 

Published by J.T - dans Méthodes
commenter cet article
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 19:37

Généralement, lorsqu'un professeur vous demande de réviser pour un contrôle, il vous laisse une semaine, parfois même plus.

 

Mais avant tout, qu'est-ce qu'un contrôle ?

Il s'agit d'une évaluation survenant après plusieurs semaines de cours, généralement à la fin d'un chapitre conséquent. Il vous faudra donc réviser non seulement les leçons de la semaine, mais également celles des semaines précédentes, voire du mois précédent.

 

Comment vous y prendre, en une semaine?

- Première chose à faire: demander un programme de révision à votre enseignant, lorsque ce n'est pas clair dans votre tête. Faites alors la liste de toutes les leçons, notions, définitions, méthode à maîtriser pour réussir l'évaluation.

 

- Ensuite, le soir-même, parcourez toutes ces leçons dans votre cahier et vérifiez bien que vous avez tout compris, que rien ne vous échappe. Dans le cas contraire, il est toujours temps de demander des précisions à votre professeur ou à vos camarades plus à l'aise dans la matière.

Parcourir toutes les leçons d'un coup vous permet également d'avoir une vue d'ensemble du travail à fournir et de mieux cerner le chapitre en question, sa logique interne. Pour cela, il est également essentiel de relire les études de texte et les exercices faits en classe, pour vous familiariser davantage avec la démarche que l'on attend de vous.

C'est aussi le moment de faire des fiches de cours. Cela n'est pas obligatoire, mais en même temps, vous pourriez anticiper ainsi les contrôles communs et autres examens portant sur plusieurs chapitres.

 

-A présent, commence le travail d'apprentissage. Je vous renvoie à mon article précédent concernant les différentes méthodes d'apprentissage.

Pour la préparation d'un contrôle, chaque soir, vous devez lire vos leçons et les réciter, à l'oral ou à l'écrit. Plus vous répèterez, plus les leçons seront solidement maitrisées, à long terme. Attention, les exercices et les analyses de texte ne sont pas à apprendre!!!

 

-En parallèle, vous pouvez consacrer une ou deux séances à des entraînements (mercredi aprs-midi ou le week-end, lorsque vous avez plus de temps). Pour cela, refaites les exercices traités en classe, ou demandez des exercices supplémentaires à votre enseignant.

 

-Enfin, la veille, il est bon de relire tout le chapitre, pour bien vous remettre en tête sa logique.

 

Bien préparer un contrôle, c'est le préparer en avance, sur au moins une semaine, et non pas s'y prendre deux jours avant, dans la panique.

Published by J.T - dans Méthodes
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 09:34

Pour la session 2013, le brevet des collèges subit quelques modifications, en histoire géographie et français.

 

Pour le français, l'épreuve sera organisée de la manière suivante:

-la 1ère partie évaluée sera toujours constituée d'un questionnaire sur un texte donné. Les questions porteront sur la compréhension, le lexique, la grammaire, la conjugaison.

-la 2ème partie évaluera l'orthographe au moyen de l'exercice de réécriture et d'une dictée plus longue qu'autrefois.

-la 3ème partie, enfin, consistera en une rédaction. C'est là que le changement est plus important dans la mesure où les élèves auront le choix entre deux sujets: un sujet d'imagination et un sujet de réflexion/argumentation. Dans tous les cas, le sujet de rédaction prendra appui sur le texte donné en analyse dans la 1ère partie de l'examen.

 

Des "annales zéro" (sujets de brevet qui ne sont jamais tombés, mais qui peuvent donner une idée de ce qui pourra se faire en juin 2013) sont consultables ici:

Eduscol


 

Ce qu'il faut retenir de ces changements:

-l'évaluation de l'orthographe est plus conséquente. Les élèves doivent donc prendre conscience de la nécessité, pour le brevet comme pour la vie courante, de maîtriser les bases fondamentales du français;

-on attend des élèves de 3ème qu'ils soient capables d'observer le monde qui les entoure et de porter sur lui un regard critique, qu'ils sachent prendre position sur un fait de société, sur un fait divers, qu'ils parviennent à développer un point de vue de manière construite et cohérente. C'est là un point essentiel de l'année de 3ème, qui concerne de nombreuses disciplines (histoire géographie, éducation civique, SVT...) et qui conduit les élèves vers l'autonomie et vers la citoyenneté.

Published by J.T - dans Collège
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de J.T
  • : Des conseils et des méthodes d'un professeur de Lettres pour mieux étudier, à destination des collégiens, des lycéens, voire des étudiants.
  • Contact

Besoin d'aide?

Si vous avez des demandes particulières, n'hésitez pas à me contacter en cliquant sur le lien ci-dessus. J'y répondrai dès que possible!

Recherche

Catégories

Liens