Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 07:09

L'été est l'occasion de décompresser et d'oublier l'année passée au travers d'activités et de sorties de détente bien méritées.

Mais ce peut être aussi l'occasion de préparer sereinement la rentrée suivante, de combler quelques lacunes sans subir la pression des notes, des enseignants ou même des parents.

Quelques conseils, alors, pour vous y mettre en douceur...

 

 

Pour bien commencer l’année de 3ème, cruciale dans la scolarité, il est nécessaire de maîtriser plusieurs notions essentielles, acquises au cours de vos 3 précédentes années au collège.

En voici la liste, accompagnée de liens vers des récapitulatifs de leçon et/ou des exercices d'entraînement. N'hésitez pas à les faire plusieurs fois au cours de vos vacances.

En littérature : Etre capable d’expliquer les caractéristiques, de définir les genres suivants :

-la poésie, ainsi que deux de ses genres : la poésie lyrique et la fable ;

-le récit fantastique et le récit réaliste

-la nouvelle et le roman

 

En grammaire :

-les catégories grammaticales (lien : http://methodesprof.over-blog.com/article-reviser-les-categories-grammaticales-105650645.html)

-les expansions du nom

http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-55718.php

http://www.salle34.net/les-expansions-du-nom-exercice/

http://www.etab.ac-caen.fr/collegebrassens/sequence/orthgram/expans.htm

-les types de phrase et leur effet

http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-34764.php

-les compléments circonstanciels

http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-15198.php

http://www.ortholud.com/grammaire/complements/quatre.php

-les mots de l’exclamation

-discours direct et indirect

leçon et exercices : http://lewebpedagogique.com/ressources-fle/files/2010/05/Le-discours-rapport%C3%A9.pdf

http://enseignerpartager.free.fr/documents/grammaire/parolesrapportees.pdf

 

Orthographe / conjugaison : 

-travaillez en particulier les homophones grammaticaux (ces mots qui se prononcent de la même manière, mais qui s’écrivent différemment).

Voici un rappel de leçon :

http://www.ac-nancy-metz.fr/pres-etab/collalainfournierfreyming/enseignements/francais/greniermalicia/pages/Cours/Homophones_grammaticaux.pdf

Vous trouverez des exercices d’entraînement ici :

http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-35773.php

http://ameliorersonfrancais.com/exercice/les-homophones-grammaticaux/

http://www.ortholud.com/exercices_de_grammaire_3.html

 

-vous devrez également maîtriser les principales temps et modes.

Vous trouverez des exercices d’entraînement ici :

http://la-conjugaison.nouvelobs.com/exercice/conjugaison-0-39.php

http://leconjugueur.lefigaro.fr/exercice

 

En travaillant 1/2h tous les jours, vous préparerez efficacement votre 3ème et votre brevet ! Bon courage !

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 09:34

Pour la session 2013, le brevet des collèges subit quelques modifications, en histoire géographie et français.

 

Pour le français, l'épreuve sera organisée de la manière suivante:

-la 1ère partie évaluée sera toujours constituée d'un questionnaire sur un texte donné. Les questions porteront sur la compréhension, le lexique, la grammaire, la conjugaison.

-la 2ème partie évaluera l'orthographe au moyen de l'exercice de réécriture et d'une dictée plus longue qu'autrefois.

-la 3ème partie, enfin, consistera en une rédaction. C'est là que le changement est plus important dans la mesure où les élèves auront le choix entre deux sujets: un sujet d'imagination et un sujet de réflexion/argumentation. Dans tous les cas, le sujet de rédaction prendra appui sur le texte donné en analyse dans la 1ère partie de l'examen.

 

Des "annales zéro" (sujets de brevet qui ne sont jamais tombés, mais qui peuvent donner une idée de ce qui pourra se faire en juin 2013) sont consultables ici:

Eduscol


 

Ce qu'il faut retenir de ces changements:

-l'évaluation de l'orthographe est plus conséquente. Les élèves doivent donc prendre conscience de la nécessité, pour le brevet comme pour la vie courante, de maîtriser les bases fondamentales du français;

-on attend des élèves de 3ème qu'ils soient capables d'observer le monde qui les entoure et de porter sur lui un regard critique, qu'ils sachent prendre position sur un fait de société, sur un fait divers, qu'ils parviennent à développer un point de vue de manière construite et cohérente. C'est là un point essentiel de l'année de 3ème, qui concerne de nombreuses disciplines (histoire géographie, éducation civique, SVT...) et qui conduit les élèves vers l'autonomie et vers la citoyenneté.

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 21:23

Tout d’abord, n’hésitez pas à piocher dans les bibliographies données par vos enseignants au cours de votre 4ème. Il vaut mieux consolider vos connaissances de 4ème avant de vous lancer dans le programme de 3ème, classe difficile en raison des nombreuses échéances (examen, orientation…).

Quels sont les principaux points littéraires du programme de 4ème ?

 

La lettre

- En littérature de jeunesse, voici deux titres qui plaisent le plus souvent :

Papa longues jambes, de Webster (XXe) : une jeune orpheline se voit offrir la chance de sa vie : quatre années d’études à l’université, payées par un mystérieux bienfaiteur…

Inconnu à cette adresse, de Kressmann Taylor (XXe) : l’échange épistolaire entre deux amis durant la 2nde guerre mondiale, l’un américain, l’autre allemand.

- Dans les romans plus classiques, mais également plus difficiles d’accès, vous pouvez lire :

Les Lettres persanes de Montesquieu, qui allie l’échange de lettres et la critique sociale du XVIIIe siècle.

La Nouvelle Héloïse, de Rousseau, roman par lettres préromantique.

 

Le récit au XIXe siècle

Des romans réalistes

L’homme qui rit, de Victor Hugo (XIXe) : le parcours d’un enfant mutilé vers l’amour et la gloire.

Eugénie Grandet de Balzac (XIXe) : l’histoire d’une jeune fille élevée à la campagne, dont le père est un avare invétéré et qui tombera amoureuse de son cousin Charles, de Paris… -

Bel Ami de Maupassant (XIXe) : comment un jeune homme sans fortune se fait sa place dans le Paris des banquiers et… des femmes !

Thérèse Raquind’Emile Zola (XIXe) : comment la passion conduit au meurtre.

Les hauts de Hurlevent d’Emily Brontë (XIXe) : intrigues familiales, amours dangereux, un des romans les plus célèbres d’Angleterre.

Des romans fantastiques :

Le fantôme de Canterville d’Oscar Wilde (très facile à lire)

Dracula de Bram Stoker : pour reprendre le mythe de Dracula à sa source littéraire.

Des recueils de nouvelles fantastiques :

Le Horla et autres contes fantastiques de Maupassant : le maître de la nouvelle fantastique !

La Venus d’Ille et autres nouvelles fantastiques de Mérimée, moins facile d’accès, mais tout aussi efficace si vous voulez frissonner !

Le chat noir et autres contes fantastiquesd’Edgar Poe : le maître anglais du genre fantastique. Pour élargir votre culture littéraire à d’autres pays…

 

La poésie lyrique

Il est difficile de vous conseiller de lire seuls des recueils poétiques. Je ne peux que vous inciter à piocher dans les textes de Victor Hugo, Lamartine, Verlaine, Musset, Rimbaud pour le XIXe, Aragon pour le XXe, La Fontaine pour le XVIIe, ou encore Ronsard et Labé pour le XVIe.

 

Le théâtre : faire ire, émouvoir, faire pleurer

Le Malade Imaginaire ou Les Précieuses Ridicules ou Tartuffe de Molière : quand la comédie pure rencontre la volonté sérieuse de dénoncer les travers sociaux.

Le Cid de Pierre Corneille : amour, duels et combat pour défendre le pays se côtoient dans cette très bonne tragicomédie.

Les Caprices de Marianne ou On ne badine pas avec l’amour d’Alfred de Musset : l’amour est le thème central de ces comédies du XIXe siècle.

Cyrano de Bergeracd’Edmond Rostand : une comédie de cape et d’épée, à découvrir !

 

 

Vers la classe de 3ème :

La grande découverte, cette année, concernera l’autobiographie et la littérature engagée. Pour vous y préparer, vous pouvez commencer par les lectures suivantes, abordables en autonomie.

 

Récits autobiographiques :

J’ai 15 ans et je ne veux pas mourir de Christine Arnothy, la guerre vue d’une jeune adolescente d’Europe de l’Est.

Vipère au poing, de Hervé Bazin, sur les relations tendues entre le narrateur et sa mère tyrannique.

Moi, boy, de Roald Dahl

Journal de Anne Frank

Un sac de billes, de Joseph Joffo : le parcours de deux jeunes Juifs vers la France libre

Poil de Carotte, de Jules Renard

 

Littérature engagée :

Elle concerne surtout, en 3ème, des poèmes. Ils peuvent concerner :

-la 2nde guerre mondiale : voir les poèmes de Louis Aragon, Robert Desnos, Marianne Cohn, Prévert, Eluard, Char…

-des questions sociales ou politiques : voir des auteurs comme La Fontaine (XVIIe), Hugo (XIXe), Césaire, d’Aubigné (XVIe)…

 

 

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 08:59

Dictée:

Puis, une clameur s'éleva, l'on distinguait les voix aiguës et les sauts de joie des enfants. Et il y eut une rentrée triomphale : Gervaise portait l'oie, les bras raidis, la face suante, épanouie dans un large rire silencieux; les femmes marchaient derrière elle, riaient comme elle; tandis que Nana, tout au bout, les yeux démesurément ouverts, se haussait pour voir. Quand l'oie fut sur la table, énorme, dorée, ruisselante de jus, on ne l'attaqua pas tout de suite.

Extrait de L'Assommoir, d'Emile ZOLA.

 

Quelles en étaient les difficultés?

Les verbes se terminant par le son : il fallait être capable de raisonner correctement et de choisir les bonnes terminaisons (-é, -és, -ée, -ées, -ait, -ais, -aient, -er, -ez...).

Les homophones : ou/où - et/est/ai - on/ont

Les accords entre deux mots éloignés

 

 

Rédaction:

A la fin du repas, le calife fait venir les deux cuisiniers devant la cour et demande au second cuisinier de s'expliquer. Après l'avoir écouté, le calife annonce sa décision et la justifie.

Racontez cette scène en introduisant dans le récit les paroles échangées et en décrivant les réactions des différents personnages présents.

 

Quelles étaient les attentes?

- Le respect du sujet, de la situation proposée (un dialogue, l'explication, la décision, la justification)

- Le respect du texte initial (personnages, intrigue, cadre...)

- Un récit bien construit et cohérent

- Un dialogue argumentatif; en discours direct, indirect ou indirect libre

- Une argumentation cohérente et de qualité

- Une langue correcte: vocabulaire riche, syntaxe, conjugaison, orthographe

 

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 22:52

Voici des éléments de correction pour les Questions et la Réécriture proposées cette année.


Il était une fois un calife d'Ispahan qui avait perdu son cuisinier. Il ordonna donc à son intendant de se mettre en quête d'un nouveau chef digne de remplir les fonctions de chef des cuisines du palais.

Les jours passèrent. Le calife s'impatienta et convoqua son intendant.

- Alors ? As-tu trouvé l'homme qu'il nous faut ?

- Seigneur, je suis bien embarrassé, répondit l'intendant. Car je n'ai pas trouvé un cuisinier, mais deux tout à fait dignes de remplir ces hautes fonctions, et je ne sais comment les départager.

- Qu'à cela ne tienne, dit le calife, je m'en charge. Dimanche prochain, l'un de ces deux hommes désigné par le sort nous fera festoyer, la cour et moi-même. Le dimanche suivant, ce sera au tour de l'autre. A la fin de ce second repas, je désignerai le vainqueur de cette plaisante compétition.

Ainsi fut fait. Le premier dimanche, le cuisinier désigné par le sort se chargea du déjeuner de la cour. Tout le monde attendait avec la plus gourmande curiosité ce qui allait être servi. Or la finesse, l'originalité, la richesse et la succulence des plats qui se succédèrent sur la table dépassèrent toute attente. L'enthousiasme des convives était tel qu'ils pressaient le calife de nommer sans plus attendre chef des cuisines du palais l'auteur de ce festin incomparable. Quel besoin avait-on d'une autre expérience ? Mais le calife demeura inébranlable. "Attendons dimanche, dit-il, et laissons sa chance à l'autre concurrent."

Une semaine passa, et toute la cour se retrouva autour de la même table pour goûter le chef-d’œuvre du second cuisinier. L'impatience était vive, mais le souvenir délectable du festin précédent créait une prévention1 contre lui.

Grande fut la surprise générale quand le premier plat arriva sur la table : c'était le même que le premier plat du premier banquet. Aussi fin, original, riche et succulent, mais identique. Il y eut des rires et des murmures quand le deuxième plat s'avéra à son tour reproduire fidèlement le deuxième plat du premier banquet. Mais ensuite un silence consterné pesa sur les convives, lorsqu'il apparut que les plats suivants étaient eux aussi les mêmes que ceux du dimanche précédent. Il fallait se rendre à l'évidence : le second cuisinier imitait point par point son concurrent.

Or chacun savait que le calife était un tyran ombrageux2, et ne tolérait pas que quiconque se moquât de lui, un cuisinier moins qu'aucun autre, et la cour tout entière attendait épouvantée, en jetant vers lui des regards furtifs, la colère dont-il allait foudroyer d'un instant à l'autre le fauteur3 de cette misérable farce. Mais le calife mangeait imperturbablement.

 

Michel Tournier, Les Deux Banquets ou la commémoration, Gallimard, 1989.

 

1 Prévention : idée négative

2 Ombrageux : qui se vexe facilement

3 Fauteur : responsable

 


 

QUESTIONS (15 points)

I. « Il était une fois… »

1. À quel genre appartient ce récit ? Justifiez votre réponse en donnant au moins trois indices.

Le conte – « Il était une fois » / le merveilleux / le cadre oriental / le calife puissant / le passé non précisé / la quête

 

2. a) Pourquoi le calife décide-t-il d’organiser une compétition ?

Il a perdu son cuisinier et deux candidats sont à départager.

 

b) En quoi consiste-t-elle ?

Chacun organisera un festin à une semaine d’intervalle. A l’issue du 2nd festin, le calife choisira.

 

3. Citez trois traits de caractère du calife évoqués dans le texte. Justifiez chacune de vos réponses à l’aide d’indices précis.

Impatient « Le calife s’impatienta » - autoritaire « il ordonna » - coléreux « ombrageux » - gourmand (il veut un bon cuisinier) – inflexible « inébranlable »

 

4. « Quel besoin avait-on d’une autre expérience ? » (ligne 18)

a) Qui parle et dans quel but ?

Les convives s’expriment ainsi pour convaincre le calife de choisir le 1er cuisinier.

 

b) Comment ces paroles sont-elles rapportées ?

En discours indirect libre.

 

II. Deux banquets

5. a) Comment est formé le mot « incomparable » (ligne 18) ?

Préfixe « in » - radical « comparer » - suffixe « able ».

 

b) Expliquez sa signification en vous appuyant sur d’autres éléments des lignes 15 à 18.

Les plats ne peuvent être comparés à rien en raison de leur qualité exceptionnelle « dépassèrent toute attente ; originalité ».

 

6. Pourquoi, avant le début du second repas, le second cuisinier est-il dans une position moins favorable que le premier ?

Le premier repas semble inimitable, au-dessus de n’importe quel repas à venir.

 

7. a) « La finesse, l’originalité, la richesse et la succulence des plats » (ligne 15) : quelle figure de style est ici employée et dans quelle intention ?

Une énumération, accumulation, gradation, hyperbole… qui valorise le repas et montre qu’il est extraordinaire.

 

b) Relevez une série d’adjectifs qualifiant un plat du deuxième repas. Que constatez-vous ?

« Fin, original, riche et succulent » - Ce sont des qualités identiques à celles du premier repas, les mots appartiennent à la même famille.

 

8. Le second banquet joue-t-il le rôle attendu ? Justifiez votre réponse.

Non, il fausse la compétition en empêchant un choix objectif.

 

 

III. Réactions des convives et du calife

9. Quelles sont les trois réactions successives des convives durant le second repas ? Justifiez vos réponses.

Ils sont surpris « la surprise générale » - puis ils sont amusés et moqueurs ‘des rires et des murmures » puis ils sont angoissés « silence consterné, épouvanté ».

 

10. Comment le texte présente-t-il le châtiment du second cuisinier comme inévitable ?

L’attitude des convives le laisse deviner, ainsi que le caractère colérique du calife et son silence, et enfin la périphrase à valeur de futur proche, « allait foudroyer ».

 

11. En quoi l’attitude du calife est-elle étonnante à la fin du texte ?

Elle contraste avec ce qu’on sait de son caractère emporté, qui n’aime pas qu’on se moque de lui.

 

12. Cette « compétition » se révèle-t-elle si « plaisante » qu’elle promettait de l’être (ligne 12) ? Expliquez votre réponse.

Dans un premier temps, la compétition est plaisante puisque le repas s’avère extraordinaire. Mais au second repas, l’imitation gâche le plaisir et l’inquiétude s’introduit dans la légèreté et le divertissement.

 

 

RÉÉCRITURE (4 points)

« Grande fut la surprise générale quand le premier plat arriva sur la table, aussi fin, original, riche et succulent. »

Réécrivez cette phrase en la transformant au passé composé et en mettant « plat » au pluriel.

--> « Grande a été la surprise générale quand les premiers plats sont arrivés sur la table, aussi fins, originaux, riches et succulents ».

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 08:20

Je ne saurais que trop vous rappeler que le brevet des collèges, passé en fin de 3ème, prend en compte la totalité des années collège donc, avant toute chose, vérifiez que vous avez bien abordé, cette année, tout le programme de lecture de 5ème. Quel est-il ? Quels sont les titres incontournables ? Parmi les titres proposés, les * marquent le niveau de difficulté.

 

1. La littérature du Moyen Age et de la Renaissance

·         Le roi Arthur, de Morpurgo (*) : Cette histoire se passe de nos jours. Un jeune garçon rencontre un vieil homme qui dit être le roi Arthur et qui lui raconte ses aventures, ainsi que celles des plus grands héros de son temps, le Moyen Age…

·         Le chien du roi Arthur, de Weulersse (*) : le chien du roi Arthur a été enlevé. Seul Oscar a été témoin du crime : il part à la recherche de l’animal et devra affronter de nombreuses épreuves avant d’atteindre son objectif…

·         Perceval ou le conte du Graal, de Chrétien de Troyes (**) : Perceval, un jeune homme élevé dans les bois, cherche à devenir chevalier : comment s’y prend-il ?

·         Lancelot ou le chevalier de la charrette, de Chrétien de Troyes (***) : les aventures de Lancelot, le si célèbre amant de la reine Guenièvre, qui ne recule devant aucune épreuve pour sa dame.

·         Yvain ou le chevalier au lion, de Chrétien de Troyes (**) : quand un lion, par reconnaissance, devient l’ami et l’allié d’un chevalier…

·         Tristan et Iseult, auteur anonyme (**) : l’histoire d’amour la plus célèbre et la plus tragique du Moyen Age !

Farce et romans comiques :

·         Le roman de Renart (**) (choisir une édition adaptée aux collégiens : bibliocollège Hachette – Etonnants classiques GF Flammarion – Classiques et compagnie Hatier) : dans le monde des animaux, le renard est fourbe et rusé. Jusqu’où ira-t-il pour assouvir sa faim ?

·         La farce de maître Pathelin (*) : un drap volé, un fou dans les rues médiévales, une farce théâtrale du Moyen Age, courte et amusante.

 

2. Le récit d’aventures :

·         Croc Blanc ou L’appel de la forêt de Jack London (*)

·         Le Lion de Joseph Kessel : une aventure dans la nature sauvage d’Afrique, à la découverte de ses animaux impressionnants. (*)

·         Les Aventures de Tom Sawyer ou Les aventures de Huckleberry Finn de Marc Twain : les aventures de deux jeunes garçons sur les bords du Mississippi. (*)

·         Oliver Twist de Charles Dickens : les aventures d’un jeune orphelin dans le Londres du XIXe siècle. (**)

·         Le Tour du monde en 80 jours(Phileas Fogg fait le pari de faire le tour du monde en 80 jours. Sur sa route, il rencontrera bien des aventures, et des mésaventures !) ou L’Ile mystérieuse (5 personnages échouent sur une île déserte et cherchent à la civiliser…) ou Un hivernage dans les glaces (A la recherche d’un homme disparu en mer dans le Nord) de Jules Verne (***)

·         Le roi de la forêt des brumes de Morpurgo : la fuite d’un jeune garçon de la Chine vers le Tibet, à travers l’Himalaya et ses créatures légendaires comme… le yéti ! (*)

·         Bilbo le Hobbit de Tolkien : les aventures d’un des plus célèbres hobbits ! (*)

·         Sa Majesté des mouches de William Golding : les aventures de plusieurs jeunes garçons rescapés d’un accident d’avion et arrivant sur une île déserte. (**)

 

3. La poésie :

Il n’y a pas vraiment de conseils de lecture possibles dans ce domaine, il est très difficile, à votre âge, de lire des recueils de poèmes seuls.

 

4. Le théâtre, la comédie :

·         De Molière, vous pouvez lire de nombreuses pièces. Les plus accessibles, pour des élèves de 5ème, sont : L’amour médecinLe médecin malgré luiMonsieur de PourceaugnacL’AvareLe Bourgeois gentilhommeLe malade imaginaireLes Fourberies de Scapin. (**)

 

 

Maintenant, pour ce qui concerne la préparation à la 4ème, plus directement. Pour ne pas empiéter sur le programme, je vous conseillerai des lectures générales :

Quelques nouvelles de Guy de Maupassant. Il fait dans le genre réaliste comme dans le genre fantastique, ce sont toujours des lectures plaisantes. Il y en a un grand nombre à lire en ligne, ici : http://maupassant.free.fr/contes3.htm

Des nouvelles d’Emile Zola seraient également utiles : « le grand Michu », « Angeline », « la mort d’olivier Bécaille », par exemple.

Enfin, pour le théâtre, lire d’autres comédies de Molière (voir les titres indiqués plus haut), pour partir avec un bon bagage.

 

Partager cet article
Repost0
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 14:42

Voici la dictée qui a été proposée en 2011. Lisez-la et recherchez-en les pièges, les difficultés:

 

Je dois vous dire aussi que j'ai contracté, en captivité une dette envers les éléphants dont j’essaie seulement de m'acquitter. C'est un camarade qui avait eu cette idée, après quelques jours de cachot - un mètre dix sur un mètre cinquante - alors qu'il sentait que les murs allaient l'étouffer, il s'était mis à penser aux troupeaux d'éléphants en liberté - et, chaque matin les Allemands le trouvaient en pleine forme, en train de rigoler : il était devenu increvable.

Romain Gary, Les Racines du ciel



 

 

 

A présent, analysons cette dictée ensemble:

Je dois vous dire aussi que j'ai contracté, en captivité une dette envers les éléphants dont j’essaie seulement de m'acquitter. C'est un camarade qui avait eu cette idée, après quelques jours de cachot - un mètre dix sur un mètre cinquante - alors qu'il sentait que les murs allaient l'étouffer, il s'était mis à penser aux troupeaux d'éléphants en liberté - et, chaque matin les Allemands le trouvaient en pleine forme, en train de rigoler : il était devenu increvable.

1ère difficulté : surlignés en jaune, tous les verbes se terminant par le son -é. Vous le constaterez, ils sont très nombreux. Dans tous ces cas, vous devez vous questionner, à chaque fois, pour savoir s'il s'agit de l'infinitif en -er, du participe passé en -é (-ée, -és, -ées), de la 2ème personne du pluriel en -ez, de l'imparfait en -ais, -ait-, -aient selon les personnes... L'astuce consiste, comme vous le savez déjà, à remplacer le verbe par un autre verbe du 3ème groupe (vendre, mordre) pour savoir quelle forme choisir.

2ème difficulté: soulignés, les pluriels de logique, auxquels vous ne pensez pas toujours. Il y a d'abord l'expression "quelques jours", qui est toujours au pluriel même si elle évoque un nombre restreint de jours. Dans tous les cas, il y en a plusieurs. Il y a ensuite le pluriel "troupeaux d'éléphants" : vous oubliez souvent de mettre le 2ème nom commun (ici, "éléphants") au pluriel, alors que pour former un "troupeau", il faut bien plusieurs éléphants!

3ème difficulté: surligné en bleu, le mot "c'est", qui fait partir de la série d'homophones "c'est, s'est, ses, ces, sait, sais". Comment les reconnaître?

► « Ces » est un déterminant démonstratif qui sert à montrer, à désigner une personne, un animal, un objet. Il est placé devant un nom. Il peut être remplacé par « ceux-ci ». Exemple : Donne-moi ces crayons.

► « Ses » est un déterminant possessif ; il est placé devant un nom. (= « les siens). Exemple : Elle parle avec ses amies.

► « C’est » est constitué du pronom  démonstratif  « ce »  +  le  verbe   « être » : on désigne quelque chose.  On  peut remplacer l’expression par « c’était ». Exemples : c’est lui qui parle. C’était lui qui parlait.

► « S’est » est constitué du pronom personnel réfléchi « se » +  le verbe « être ».  Il renvoie au sujet du verbe. Exemple : Elle s’est bien amusée. Elle se sera bien amusée.

► « Sais »  vient  du  verbe  « savoir »,  au présent, à la 1ère ou à la 2ème pers. du singulier.  Il peut être remplacé par « savais ». Exemple : Je /Tu ne sais pas du tout.

► « Sait »  vient  du verbe « savoir »,  au présent,  à la 3ème pers. du singulier. Il peut être remplacé par « savait ». Exemple : Il ne sait jamais rien.

 

Voilà pour les difficultés de cette dictée qui était, somme toute, assez simple...

 

Voir aussi: La dictée au brevet… et ses pièges (1)

Partager cet article
Repost0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 11:53

Ecrire sous la dictée, cela signifie…

… écrire lisiblement. Votre écriture doit être assez grosse pour être lisible et le correcteur ne doit pas hésiter entre plusieurs orthographes en parcourant votre copie (avec, par exemple, une lettre illisible à la fin d’un mot). Les ratures et corrections au blanco sont évidemment permises, mais elles ne doivent pas se multiplier et ne doivent pas être sales.

… être très attentif aux mots prononcés par le professeur. Il s’agit de n’oublier aucun mot ni aucun signe de ponctuation, sous peine d’être sanctionné et de perdre des points. Veillez également à respecter la mise en page (retour à la ligne, alinéas…).

Les pièges :

- Il faut mettre une majuscule après les points d’interrogation, d’exclamation et de suspension.

- Après deux points, pas de majuscules sauf en cas de discours direct (dialogue).

 

L’orthographe

La dictée évalue votre connaissance de la langue française et votre capacité à écrire correctement le vocabulaire de base. Généralement, ce ne sont pas les erreurs d’orthographe les plus fréquentes dans les copies, mais…

Les pièges :

- Revoyez les homophones, ces mots qui se prononcent de la même manière mais qui s’écrivent différemment (sais-sait-c’est-s’est-ces-ses / ce-se-ceux / est-et-ai, par exemple). De nombreux points de leçon et exercices sont consultables dans vos manuels et sur internet.

- Attention aux mots se terminant par la lettre –x ou –s au singulier comme au pluriel. Vous avez souvent tendance à enlever cette lettre, pensant qu’il s’agit d’une marque du pluriel alors que ce n’est pas le cas. Par exemple : une souris – heureux, joyeux, peureux… - voix, choix – mauvais, épais – divers – surpris, soumis - sournois…

 

Les conjugaisons

La dictée évalue également votre maîtrise des conjugaisons. Vous devez donc connaître les temps principaux de la langue française et en maîtriser la construction, ainsi que les règles d’accord de base entre le sujet et le verbe. N’hésitez pas à revoir des tableaux de conjugaison car, même si, normalement, c’est acquis depuis longtemps, certaines choses peuvent s’être évaporées avec le temps…

Les pièges :

- La confusion entre deux temps : une dictée peut chercher à vérifier que vous faites bien la différence entre deux temps très proches phonétiquement (à l’oreille). C’est le cas, par exemple, du futur et du conditionnel à la 1ère personne du singulier. Au futur, la terminaison est –rai / au conditionnel, c’est –rais. Ainsi, si l’action est certaine, présentée comme assurée, c’est le futur qui sera utilisé. S’il s’agit d’une action incertaine, possible, d’une demande polie…, c’est le conditionnel qui sera utilisé. Vigilance, donc !

- L’accord du participe passé : dans 80% des cas, le participe passé se cache dans les dictées ou réécritures. Les règles de base sont celles-ci : seul, utilisé comme un adjectif, le participe passé s’accorde avec le mot qu’il accompagne – avec l’auxiliaire « être », le participe s’accorde avec le sujet – avec l’auxiliaire « avoir », il ne s’accorde pas, sauf si les COD du verbe est devant. Dans ce cas, le participe s’accorde avec le COD.

Attention à ces petits mots auxquels on ne fait pas attention et qui sont en fait des COD cachés, qui dirigent l’accord du participe passé : les pronoms personnels (« Il les a vus), les pronoms relatifs (les chiens que tu as adoptés sont adorables).

- Attention également aux dernières lettres d’un verbe se terminant par le son –é : Les erreurs sont innombrables et pourtant, vous connaissez la règle, il s’agit maintenant de l’appliquer scrupuleusement. Faut-il mettre –é, -ée, -és, -ées, -ez, -ait, -ais, -aient, -er… ?

 

La grammaire, les accords

Veillez toujours à accorder :

-le déterminant et son nom

-le nom et l’adjectif qui l’accompagne

-le sujet et le verbe

Les pièges :

-les déterminants complexes, en plusieurs mots, comme « tout le monde / tous les enfants ». Faites bien l’accord au singulier ou au pluriel de tous les mots.

-les pluriels de logique : avec les expressions du type « un tas de…, un ensemble de …, ne poignée de…, rempli de … », faites preuve de logique. Pour que cela forme un tas, un ensemble, une poignée ou pour que cela remplisse, il faut bien qu’il y en ait plusieurs. Le groupe nominal doit donc être au pluriel.

-le cas de « leur » : souvent, vous mettez un –s sans savoir pourquoi, et souvent, c’est une erreur.

« Leur » ne prend jamais de –s lorsqu’il est pronom personnel complément, renvoyant à « ils », remplaçable par « les gens ». Exemple : « Il leur demande de se présenter » -> « Il demande à ces gens de se présenter ».

« Leur » peut prendre un –s lorsqu’il est déterminant possessif et renvoie à plusieurs objets. On peut le remplacer par « le » au singulier et par « les » au pluriel. Exemple : « Il veut savoir leur nom » -> « Il veut savoir le nom » / « Il connaît bien leurs parents » -> « Il connaît bien les parents ».

 

D’autres pièges à venir…

Partager cet article
Repost0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 14:42

Par "catégorie grammaticale / classe de mot / nature", on désigne l'identité d'un terme de la langue française, la manière dont on le nomme en grammaire. Cette dénomination dépend du fonctionnement du mot analysé (fonctionnement orthographique, fonctionnement dans une phrase, dans un texte...).

 

Il existe 11 catégories grammaticales, 5 variables et 6 invariables.

 

Ces connaissances devant être acquises dès la fin de la 4ème, et étant attendues au brevet, voici deux documents pour les revoir en détails.


1er document: définition et caractéristiques de chaque nature grammaticale.

 

2nd document: exercices autocorrectifs pour savoir distinguer ces natures grammaticales.

 

Bon travail!

 

 


 

 

 

LES CLASSES DE MOTS / NATURES / CATEGORIES GRAMMATICALES

 

LES CLASSES DE MOTS VARIABLES (qui changent d’orthographe au masculin, féminin ou pluriel)

 

Le nom commun

Chien, cahier, école.

C’est la base du groupe nominal. Il sert à nommer les choses, les êtres du monde duquel on parle.

Il varie en nombre (singulier / pluriel) et parfois en genre (masculin / féminin).

On le reconnaît par la présence d’un déterminant (le, la, les, un, une, des) devant.

 

 

Les déterminants

 

Placé devant le nom, il forme avec lui le groupe nominal (GN). On distingue :

-l’article défini : le, la, les, l’

-l’article indéfini : un, une, des

-le déterminant possessif : son, sa, ses…

-le déterminant démonstratif : ce, cette, ces

-le déterminant indéfini : quelque, certain, nul, tous,

-le déterminant exclamatif et interrogatif : quel, quelle

-le déterminant numéral : un, deux…

L’adjectif qualificatif

Grand, bleu 

Il sert à préciser le sens d’un nom, à en donner une qualité (matière, couleur, caractère, taille…). Il s’accorde avec le nom qu’il qualifie en genre et en nombre.

 

Le verbe

Manger, dormir 

Il exprime une action ou un état. Il varie en nombre, en personne, en voix, en mode et en temps. Attention, selon le temps, le verbe peut être construit en deux mots.

 

 

 

 

Les pronoms

Le pronom désigne ou remplace un nom dont on a déjà parlé ou qui est facilement identifiable dans la situation d’énonciation. On distingue :

-les pronoms personnels : je, me, moi, tu, te, toi, il, le, lui, elle, la, nous, vous, ils, les, leur, eux, elles, se, soi.

-le pronom démonstratif : celui-ci, celui-là, celui qui, celle qui…

-le pronom possessif : le mien, le tien, le nôtre, le vôtre, le leur…

-le pronom indéfini : quelqu’un, certain, tous, l’un, l’autre, le même…

-le pronom interrogatif : qui ? quoi ? lequel ? lesquels ? à laquelle ?...

-le pronom relatif : qui, que, quoi, dont, où, lequel…

-le pronom numéral : un, deux…

LES CLASSES DE MOTS INVARIABLES (qui ne changent jamais d’orthographe)

 

Les prépositions

 

C’est un mot de liaison invariable qui sert à en relier deux autres. Attention, la préposition ne peut jamais fonctionner toute seule : à, de, par, pour, sans, sur, chez, vers, sous, entre, parmi, malgré…

 

 

Les adverbes

Ce sont des mots invariables également, mais qui, eux, n’introduisent pas de nom. Ils peuvent fonctionner seuls dans la phrase. On peut les déplacer dans la phrase. Mais surtout, ils ont le rôle de préciser le sens d’un verbe (il mange lentement), d’une phrase (heureusement, il est arrivé), d’un adjectif (il est trop lent) ou encore d’un autre adverbe (très lentement).

Les conjonctions de coordination

Il existe 7 conjonctions de coordination au total : mais, ou, et, donc, or, ni, car.

Ces mots ont le rôle de relier deux groupes de mots qui ont la même fonction dans la phrase.

Exemple : le chat et le chien. ≠ Mauvais exemple : le chat et miaule.

 

les conjonctions de subordination

La conjonction de subordination est très variée dans la forme : comme, lorsque, puisque, quand… Il en existe beaucoup et, pour les reconnaître, il faut regarder le rôle que joue le mot dans la phrase.

► La conjonction de subordination sert à relier deux propositions dont l’une dépendra de l’autre et ne pourra donc pas fonctionner sans elle.

Exemple : quand je suis née, il faisait beau.

Mauvais exemple : quand je suis née. Cette phrase ne peut se terminer ainsi.

les interjections

Ces mots, généralement vides de sens, expriment ou renforce une exclamation : aie ! Oh !...

les onomatopees

Ce sont des mots qui n’ont aucun sens et qui imitent le bruit de certains actes ou de certaines pensées : brrr (le froid), crac (quelque chose qui se casse), boum (quelque chose qui tombe)…

 

 


EXERCICES AUTOCORRECTIFS (une fois toutes les catégories apprises)

 

Exercice 1 :Donnez la nature des mots en gras et soulignés. 

 

Le Corbeau

Une fois, par un minuit lugubre, tandis que je m'appesantissais, faible et fatigué, sur maint curieux et bizarre volume de savoir oublié, tandis que je dodelinais la tête, somnolant presque, soudain se fit un heurt, comme de quelqu'un frappant doucement, frappant à la porte de ma chambre, cela seul et rien de plus

Ah! Distinctement je me souviens que c'était en le glacial décembre : et chaque tison, mourant isolé, ouvrageait son spectre sur le sol. Ardemment je souhaitais le jour; vainement j'avais cherché d'emprunter à mes livres un sursis au chagrin - au chagrin de la Lénore perdue - de la rare et rayonnante jeune fille que les anges nomment Lénore - de nom! Pour elle ici, non, jamais plus!

 

 

Correction

Une : article indéfini OU déterminant numéral. C’est un mot variable en genre et en nombre qui se place devant un nom et qui ne peut pas fonctionner seul.

Lugubre : adjectif qualificatif : il fonctionne avec un nom ou un pronom et il donne des précisions sur son aspect, son caractère…

M’appesantissais : verbe : il peut se conjuguer à toutes les personnes.

Fatigué : adjectif qualificatif: il fonctionne avec un nom ou un pronom et il donne des précisions sur son aspect, son caractère…

Tête : nom commun : il est variable en genre et en nombre et ne fonctionne qu’avec un déterminant.

Se : pronom personnel (réfléchi)

Frappant : verbe : il peut se conjuguer à toutes les personnes.

Chambre : nom commun : il est variable en genre et en nombre et ne fonctionne qu’avec un déterminant.

Seul : adjectif qualificatif: il fonctionne avec un nom ou un pronom et il donne des précisions sur son aspect, son caractère…

Le : article défini. C’est un mot variable en genre et en nombre qui se place devant un nom et qui ne peut pas fonctionner seul.

Son : déterminant possessif. C’est un mot variable en genre et en nombre qui se place devant un nom et qui ne peut pas fonctionner seul.

Sol : nom commun : il est variable en genre et en nombre et ne fonctionne qu’avec un déterminant.

Mes : déterminant possessif. C’est un mot variable en genre et en nombre qui se place devant un nom et qui ne peut pas fonctionner seul.

Chagrin : nom commun : il est variable en genre et en nombre et ne fonctionne qu’avec un déterminant.

Perdue : participe passé employé comme adjectif qualificatif: il fonctionne avec un nom ou un pronom et il donne des précisions sur son aspect, son caractère…

Elle : pronom personnel

 

Exercice 2

Indiquez la catégorie grammaticale des mots soulignés et en gras. Justifiez correctement votre réponse.

Messire Gauvain fut tout surpris de trouver si vaste ce pont qui lui était d’abord apparu si étroit, et dès qu’il l’eut franchi, comme c’était un pont-levis, il se releva de lui-même grâce à un mécanisme ; dés lors personne d’autre n’aurait pu entrer, car l’eau dessous était extrêmement tumultueuse.

Le chevalier recula jusqu’au second pont, et messire Gauvain éprouva la même crainte au moment de passer ce pont, qui lui sem­blait aussi long que le premier ; il apercevait en bas l’eau, non moins rapide et non moins tumultueuse, et le pont lui paraissait être de glace, léger et fragile, et si haut au-dessus du torrent ! Mais grâce à sa précédente expérience, il fit taire sa peur, se dirigea vers le pont.

 


CORRECTION

Gauvain : nom propre

Trouver : verbe

Qui : pronom relatif

Dès que : conj de subordination   

Un : article indéfini

à : préposition

Pu : verbe

Car : conj de coordination

Extrêmement : adverbe

Tumultueuse : adjectif

Chevalier : nom commun

Et : conj de coordination

Crainte : nom commun

Ce : déterminant démonstratif

Aussi : adverbe 

Rapide : adjectif qualificatif

Lui : pronom personnel

Mais : conj de coordination

Précédente : adj qualificatif

Vers : préposition

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 08:00

Voici des questions/sujets très fréquents à l'épreuve de français (liste non exhaustive). A partir de cette liste, vous pouvez d'ores et déjà faire un bilan de ce que vous connaissez et savez faire, et de ce que vous ignorez. Dans ce dernier cas, n'hésitez pas à faire part de vos difficultés à votre enseignant ou à vos camarades.

 

QUESTIONS :

Questions de compréhension :

Ø       Quels sentiments caractérisent le narrateur, relevez une phrase pour justifier.

Ø       Qui parle ? Justifiez.

Ø       Quelle relation unit … et … ?

Ø       Quelle est la situation familiale / sociale de... ?

Ø       Quels sont les arguments de... ?

Ø       Quel effet le narrateur cherche-t-il à provoquer ?

Ø       Relevez les mots qui montrent la succession de événements dans le temps.

Ø       Relevez les mots qui aident à reconstruire le parcours du personnage.

Ø       Quel est le lien logique implicite (sous entendu) qui unit ces deux phrases ? Remplacez la virgule par un connecteur logique de même sens.

 

Questions de grammaire :

Ø       Donnez la nature et la fonction de…

Ø       Quels indices montrent la présence du narrateur… Donnez leur nature et leur fonction

Ø       A quel temps et à quel mode est conjugué le verbe…

Ø       A qui renvoie le pronom personnel « on » / « nous » / « eux »... ?

Ø       Relevez les indices de temps qui situent le récit

Ø       Quel est le temps utilisé ? Justifiez son emploi.

Ø       Quel est le type de phrase utilisé dans...

Ø       Relevez un passage écrit en discours indirect / indirect libre / direct et justifiez.

Ø       Quel indice prouve que c’est une fille qui parle ?

Ø       Quel est le niveau de langue utilisé ?

Ø       Quel est le point de vue / la focalisation du texte ?

Ø       Quelle est la ponctuation dominante ? Pourquoi ?

 

Questions lexicales : 

Ø       Comment sont formés les mots …

Ø       Donnez un synonyme de…

Ø       Donnez un antonyme de...

Ø       Donnez le sens, dans le texte, du mot ...

Ø       Quel est le préfixe dans le mot… ? Quel est son sens ?

 

Questions littéraires :

Ø       Analysez et interprétez la figure de style qui se trouve…. : il s’agit de nommer et de définir la figure de style ; d’expliquer son fonctionnement dans ce texte et enfin de l’interpréter, c’est-à-dire d’essayer de comprendre pourquoi elle a été utilisée à ce moment, pour créer quel effet.

Ø       A quel champ lexical appartiennent les mots… 

Ø       Relevez le champ lexical de…

Ø       Diriez-vous de ce texte qu’il est fantastique, tragique, humoristique, comique… ?

Ø       Quel est le genre (roman, théâtre, poésie, autobiographie…) de ce texte, justifiez en relevant deux (ou plus) indices.

 

REECRITURE :

Ø       Singulier pluriel

Ø       Présent passé composé : attention à l’accord du participe passé.

Ø       Présent imparfait

Ø       Discours direct discours indirect

Ø       Masculin féminin

Ø       Indicatif subjonctif

Ø       Réécrivez ce passage en commençant par… : il faut, dans ce cas, chercher quelle transformation est demandée (changement de temps, de mode, de personne, de discours… ?)

 

REDACTION :

Ø       Ecrire un passage de journal intime

Ø       Donnez votre opinion sur… vous évoquerez vos arguments ainsi que les contre arguments de votre ami : dominante pouvant être du narratif ou un dialogue.

Ø       Ecriture d’une lettre narrative et / ou argumentative

Ø       Décrire un objet

Ø       Ecrire la suite du texte : dans ce cas, reprendre les deux dernières phrases du texte avant de commencer.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de J.T
  • : Des conseils et des méthodes d'un professeur de Lettres pour mieux étudier, à destination des collégiens, des lycéens, voire des étudiants.
  • Contact

Besoin d'aide?

Si vous avez des demandes particulières, n'hésitez pas à me contacter en cliquant sur le lien ci-dessus. J'y répondrai dès que possible!

Recherche

Catégories

Liens