Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 21:52

J'ai reçu un message d'un lecteur me demandant comment faire pour se concentrer...

La question est vaste, très vaste, mais le problème paraissait urgent (notes justes, inquiétude de l'étudiant, année qui commence...) et touche, il est vrai, une quantité incroyable de personnes.

 

Une technique à tester immédiatement, qui fait ses preuves dans le domaine de la concentration à tous les niveaux (scolaire, personnel, professionnel...):

Munissez-vous d'un chronomètre, réglez-le sur 15 minutes et pendant ces 15 minutes-là, ne soyez concentrés que sur ce que vous faites, lisez, apprenez, regardez... Au préalable, vous aurez éloigné toutes les sources de distraction qui font partie de notre quotidien (téléphone, ordinateur...: ils ne doivent pas vous servir de chronomètre, sinon vous allez être tentés!!!).

 

Pourquoi ça marche?

Tout simplement parce que le fait de se donner un temps bien délimité soulage, apaise, "déstresse". Notre cerveau voit dans cette durée un effort moins important que ce qu'il aurait cru à l'origine et y consent plus volontiers.

Ensuite, parce qu'au bout de ces minutes de concentration extrême, non seulement on se sent fier d'y être parvenu, mais on se rend compte aussi que ce n'est pas si difficile que cela, ce qui donne envie de recommencer!

 

Comment progresser?

En augmentant le temps de concentration progressivement, de 5 minutes en 5 minutes, jusqu'à arriver à une moyenne honorable de 40-45 minutes de concentration d'affilée.

Une fois arrivés à ce stade, vous pourrez travailler par plage de 45 minutes de concentration - 10/15 minutes de pause - 45 minutes de concentration et ainsi de suite.

 

J'espère que cela vous a aidé,

 

Bon courage!

 

(Si vous avez d'autres demandes, nhésitez pas!)

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 08:34

La fin des vacances de la Toussaint approche, il est temps de repenser sérieusement à l'année scolaire en cours et d'effectuer un premier bilan.

 

Quelles sont les matières où vous vous sentez particulièrement à l'aise, où vos résultats sont convenables, voire satisfaisants?

- A quoi est-ce dû?

- Pourriez-vous faire mieux? Comment?

- En pensant à ces réussites, que ressentez-vous? Est-ce une sensation agréable, que vous voudriez faire durer?

--> Ne relâchez pas vos efforts dans ces matières. Au contraire, accentuez ces points forts qui ne peuvent qu'augmenter votre moyenne et vous donner une bonne opinion de vous-même.

 

Quelles sont les matières où vous avez plus de difficulté?

- Est-ce dû à un manque de concentration ou de travail? Si oui, la solution est toute trouvée, quitte à demander un changement de place auprès de vos professeurs, pour vous séparer de vos camarades.

- Est-ce dû à des difficultés de compréhension? Si oui :

*avez-vous essayé de trouver de l'aide auprès de votre professeur ou d'un camarade?

*avez-vous essayé de perfectionner votre compréhension à l'aide de votre manuel ou d'exercices sur internet?

*avez-vous pensé à vous inscrire aux études et soutiens qui commencent souvent après les vacances de la Toussaint?

*avez-vous un proche qui pourrait vous donner un coup de main?

- Avez-vous envie de progresser dans ces matières?

- Etes-vous prêt à vous donner les moyens de progresser ? (temps supplémentaire à accorder au travail à la maison (donc temps en moins sur les loisirs); changement d'attitude en classe; réflexion sur l'orientation...)

- Concrètement, comment allez-vous vous y prendre pour progresser?

*en terme de temps de travail?

*en terme d'attitude?

*en terme d'organisation et de méthode?

Prenez des engagements avec vous-même et reprenez confiance en vos capacités!


--> Dites-vous bien que, dans tous les cas, rien n'est jamais perdu! A force de travail, de méthode et de volonté, vous pouvez arriver à progresser dans n'importe quel domaine. Le tout, c'est de décider de changer et de comprendre que cela se fera dans votre intérêt et dans votre intérêt seul. Il s'agit de votre scolarité, de votre réussite, et de cela seul.

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 06:25

 

Dès la 6ème, et souvent même dès l’école primaire, les élèves font la connaissance des fameux contrôles de conjugaison, qui suscitent deux réactions totalement opposées : l’enthousiasme ou la peur, mais en tout cas, jamais l’indifférence…

L’enthousiasme à l’idée d’avoir une excellente note,

La peur à l’idée d’échouer une nouvelle fois…

 

Et pourtant, hormis les cas de dyslexie lourde, maîtriser ses conjugaisons est si facile, et si gratifiant. En effet, que de satisfaction en constatant que l’on est capable d’efforts, de progrès et de réussite, que de satisfaction à maîtriser des temps que beaucoup jugent difficiles, que de satisfaction à obtenir de bonnes notes en conjugaison, de la 6ème à la 3ème, que de satisfaction, enfin, à constater que ce travail rejaillit sur d’autres travaux (rédaction, devoirs maisons) et parfois même d’autres matières !

 

 

Comment faire ?

Chaque semaine, abordez un nouveau temps de la manière suivante :

-le dimanche soir, pour le temps programmé, parcourez les tableaux de conjugaison de votre manuel : faites des fiches des verbes les plus difficiles, avec une dizaine de verbes couramment utilisés.

-à partir du lundi, et chaque jour, prenez 10 minutes pour travailler vos conjugaisons, organisées ainsi : 4 minutes pour relire les fiches – 6 minutes pour réciter à l’écrit des tableaux de conjugaison. Vous pouvez évidemment allonger ce temps de travail si vous le souhaitez (notamment en période de vacances).

-le samedi, prenez le temps d'une grosse révision et d'une récitation de tous les verbes figurant sur votre fiche. Pensez à vous corriger dans un stylo de couleur, car il est démontré que la couleur joue un rôle important dans la mémorisation.

 

Quelle progression adopter ?

 

Semaine

Temps à réviser

21/10/2012 – 27/10/2012

Présent de l’indicatif

28/10/2012 – 03/11/2012

Imparfait

04/11/2012 – 10/11/2012

Passé simple et passé antérieur

11/11/2012 – 17/11/2012

Passé composé

18/11/2012 – 24/11/2012

Plus-que-parfait

25/11/2012 – 1er/12/2012

Futur simple et futur antérieur

02/12/2012 – 08/12/2012

Révisions de tous les temps

 

 

Ensuite, tous les mois, prenez l'habitude de faire une révision générale de tous les temps, afin que vos connaissances soient solides et durent longtemps.

 

En suivant cette progression, sans vous décourager et avec conviction, les progrès devraient être réels, rapides et, surtout, durables ! Vous avez tout à gagner à maîtriser vos conjugaisons, pour toutes vos années collèges du point de vue des notes, et pour toute votre vie, du point de vue de vos écrits personnels et professionnels.

 

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 19:37

Généralement, lorsqu'un professeur vous demande de réviser pour un contrôle, il vous laisse une semaine, parfois même plus.

 

Mais avant tout, qu'est-ce qu'un contrôle ?

Il s'agit d'une évaluation survenant après plusieurs semaines de cours, généralement à la fin d'un chapitre conséquent. Il vous faudra donc réviser non seulement les leçons de la semaine, mais également celles des semaines précédentes, voire du mois précédent.

 

Comment vous y prendre, en une semaine?

- Première chose à faire: demander un programme de révision à votre enseignant, lorsque ce n'est pas clair dans votre tête. Faites alors la liste de toutes les leçons, notions, définitions, méthode à maîtriser pour réussir l'évaluation.

 

- Ensuite, le soir-même, parcourez toutes ces leçons dans votre cahier et vérifiez bien que vous avez tout compris, que rien ne vous échappe. Dans le cas contraire, il est toujours temps de demander des précisions à votre professeur ou à vos camarades plus à l'aise dans la matière.

Parcourir toutes les leçons d'un coup vous permet également d'avoir une vue d'ensemble du travail à fournir et de mieux cerner le chapitre en question, sa logique interne. Pour cela, il est également essentiel de relire les études de texte et les exercices faits en classe, pour vous familiariser davantage avec la démarche que l'on attend de vous.

C'est aussi le moment de faire des fiches de cours. Cela n'est pas obligatoire, mais en même temps, vous pourriez anticiper ainsi les contrôles communs et autres examens portant sur plusieurs chapitres.

 

-A présent, commence le travail d'apprentissage. Je vous renvoie à mon article précédent concernant les différentes méthodes d'apprentissage.

Pour la préparation d'un contrôle, chaque soir, vous devez lire vos leçons et les réciter, à l'oral ou à l'écrit. Plus vous répèterez, plus les leçons seront solidement maitrisées, à long terme. Attention, les exercices et les analyses de texte ne sont pas à apprendre!!!

 

-En parallèle, vous pouvez consacrer une ou deux séances à des entraînements (mercredi aprs-midi ou le week-end, lorsque vous avez plus de temps). Pour cela, refaites les exercices traités en classe, ou demandez des exercices supplémentaires à votre enseignant.

 

-Enfin, la veille, il est bon de relire tout le chapitre, pour bien vous remettre en tête sa logique.

 

Bien préparer un contrôle, c'est le préparer en avance, sur au moins une semaine, et non pas s'y prendre deux jours avant, dans la panique.

Partager cet article
Repost0
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 22:09

La réussite d’une année scolaire est une question de motivation, certes, mais également une question d’organisation du temps et du travail. Dès la 1ère semaine de cours, il est donc nécessaire de penser votre organisation, qui sera à affiner tout au long du mois de septembre.

 

Rassemblez toutes les données :

Avant toute chose, rassemblez les informations concernant toutes vos activités de la semaine :

-emploi du temps scolaire

-activités extrascolaires (sport, musique…) : horaires et durée

-obligations familiales (aller chercher le petit frère le mardi, par exemple – ou les cas de garde alternée)

-…

 

Fabriquez un planning :

Au brouillon :

-faites un tableau à 8 colonnes : une colonne par jour, y compris le week-end, + une colonne pour les heures ;

-notez les jours et les heures. Soyez raisonnable et n’allez pas au-delà de 21h (sauf les étudiants, en lycée et après) ;

-reportez votre emploi du temps scolaire, qui constitue la base de toute organisation puisque vous ne pouvez pas influer dessus ;

-reportez également toutes les activités extrascolaires dont les horaires sont rigides ;

 

A présent, vous avez une vue d’ensemble de tous les moments libres de votre semaine, à partager entre travail scolaire et détente.

 

Une fois le mois de septembre terminé et toutes les modifications nécessaires faites, vous pourrez mettre au propre ce planning (avec des couleurs, des illustrations…) et l’afficher dans votre chambre.

 

Planifiez :

Le temps de travail à prévoir :

Durant l’année scolaire, votre temps de travail doit être consacré à 3 activités différentes :

-des activités de compréhension (relecture des cours et exercices) ;

-des activités d’apprentissage de leçon, en vue d’interrogations en particulier ;

-des activités de révisions, pour les contrôles et l’assimilation profondes des connaissances.

Les deux premières doivent être quotidiennes, la dernière doit être hebdomadaire, voire bi-hebdomadaire. Comment faire ?

 

Chaque jour, vous devrez travailler au moins 1h30 :

-pour relire les cours et les apprendre : les cours de la journée, mais également ceux du lendemain.

-pour faire les exercices

Il est nécessaire de prévoir, en fonction de votre emploi du temps, les matières que vous travaillerez chaque jour, afin de ne pas perdre de temps.

 

Chaque semaine, vous devez délimiter au moins une demi-journée (deux, c’est mieux) d’apprentissages et de révisions intensives : c’est dans ces moments-là que vous relisez, récitez, faites vos fiches…

 

Chaque semaine, si vous en avez besoin, vous pouvez également ajouter 2-3h pour combler d’éventuelles lacunes (orthographe, géométrie…).

 

A vous de voir ensuite, avec la pratique, à quels moments vous êtes plus efficace : le matin très tôt, l’après-midi, dans la soirée… Par exemple, peu de personnes sont capables de travailler efficacement après le déjeuner, car la digestion fatigue et fait somnoler. On profite généralement de ce temps-là pour faire du rangement, du tri, du recopiage…

Une fois ces moments d'efficacité déterminés, placez vos temps de travail le plus souvent possible à ces horaires.

 

Il va de soi que tous ces moments sont strictement consacrés à l’étude, sans télévision, radio, téléphone, internet… à portée de main, sinon, vous mettrez deux fois plus de temps (au moins) à faire un exercice, apprendre une leçon…

 

De la souplesse !

Attention, le planning de travail doit être un soutien pour votre réussite scolaire, et non une source d’angoisse et de stress. Dites-vous bien que ce qui est planifié, bien souvent, peut être déplacé, et parfois même annulé, à condition, évidemment, que cela ne se reproduise pas systématiquement.

De même, si vos activités extrascolaires vous empêchent, par exemple, de travailler 1h30 le mardi, vous pouvez tout à fait allonger votre temps de travail un autre jour… Mais il faut le prévoir et le faire, faute de quoi vous serez rapidement débordés par votre travail.

Enfin, et justement, ne remplissez pas toutes les cases de votre planning, sous peine d’étouffer et de n’avoir aucune place pour l’imprévu (contrôle de dernière minute, cinéma…).

 

De la détente :

Pensez évidemment à prévoir des moments de détente, des sorties, des soirées au calme… afin d’évacuer la tension due aux efforts de la journée et de la semaine, et de vous aérer la tête.

Toutefois, que les choses soient claires : la détente ne doit pas envahir la majorité de votre planning, si vous voulez vraiment réussir votre scolarité.

 

Les bienfaits de l’organisation :

Une bonne organisation du travail vous permettra :

-d’éviter le stress ;

-d’avoir l’esprit plus libre ;

-de gagner du temps ;

-d’éviter la fatigue ;

-de respecter les délais donnés par vos enseignants ;

-d’avoir des connaissances solides, parce qu’apprises et régulièrement révisées ;

-de prendre de bonnes habitudes de travail, qui vous suivront toute votre vie.

 

Voir également:

Comment bien travailler à la maison?

Apprendre une leçon

Réviser le brevet en 6 semaines

Pourquoi faut-il aussi se reposer pendant les révisions?  

Faire des fiches de cours, pourquoi, comment ?

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 14:07

Au quotidien, tout parent souhaite la réussite de son enfant et cherche à l’accompagner sur cette voie, selon ses possibilités et le temps dont il dispose.

Il arrive également que des parents ne sachent plus comment aider leur enfant à l’école et se trouvent désemparés devant une situation scolaire qui s’aggrave ou qui commence à être inquiétante.

Quelles sont les pistes pour aider votre enfant à réussir à l’école, tout en devenant autonome ?

 

Avant tout, une attitude calme et apaisée :

Même si, évidemment, la réussite scolaire de votre enfant vous tient à cœur, votre attitude, lorsque vous l’aidez, doit rester la plus mesurée et la plus calme possible : pas de dramatisation des échecs, pas de pression excessive, de remarques humiliantes…, au risque de bloquer votre enfant.

Au contraire, n’hésitez pas à le féliciter pour la moindre réussite, à l’encourager lorsqu’il éprouve des difficultés, à le rassurer lorsqu’il a du mal à surmonter les obstacles… Chaque enfant a son propre rythme d’apprentissage et d’évolution, n’ayez pas de craintes excessives. Et si vous avez un doute sur une difficulté sérieuse, il vaut mieux consulter un spécialiste, plutôt qu’angoisser de manière croissante.

Cela ne signifie pas que vous ne deviez pas sévir ou hausser le ton lorsque votre enfant contrevient aux règles, mais ne tombez pas dans l’excès et essayez, dans la mesure du possible, de rester juste et mesuré, dans vos paroles comme dans vos actes.

 

Définir clairement un temps pour les devoirs :

De nos jours, les activités extrascolaires et autres divertissements (jeux, internet…) sont innombrables et chaque enfant risque de se laisser envahir (avec plaisir) par ces activités. Dans cet univers, le premier rôle des parents, crucial, est de définir, dans l’emploi du temps de la journée, de la semaine, des plages-horaires durant lesquelles l’enfant doit se consacrer uniquement à son travail scolaire (devoirs, révisions…).

Pour que les choses soient claires, il ne faut pas hésiter à constituer un planning hebdomadaire faisant apparaître ces temps de travail.

Le second rôle des parents est de veiller à ce que ces périodes de travail soient respectées et utilisées efficacement par les enfants. Là, selon l’enfant, selon les parents, selon les possibilités matérielles…, l’accompagnement du travail scolaire par les parents peut être plus ou moins intense.

 

Accompagner de près, faire apprendre les bons réflexes :

Au début de leur carrière d’élèves, les enfants ont besoin d’un accompagnement rapproché, qui peut durer plusieurs années (selon le degré d’autonomie de l’enfant et la disponibilité de ses parents). Il peut s’agir de :

-aider l’enfant à faire son cartable, à préparer ses affaires d’école la veille en fonction de son emploi du temps ;

-expliquer à l’enfant ce que signifie « faire ses devoirs » ou « apprendre une leçon » et lui donner des méthodes, des trucs pour être plus efficaces, pour rendre le travail plus ludique… ;

-expliquer des consignes, reformuler des questions, débloquer des situations (résolution de problèmes mathématiques, recherches sur un auteur…) ;

-faire relire les leçons à voix haute et les faire réciter, ou poser des questions pour vérifier que l’enfant a bien compris le chapitre ;

-lui demander de travailler dans le salon ou la cuisine, sous la vigilance des parents ou des grands frères/sœurs ;

-relire ses travaux écrits en soulignant les erreurs, les passages mal formulés pour qu’il les corrige ;

-lui faire raconter un texte, un livre qu’il doit lire ;

-lui montrer comment effectuer une recherche documentaire (internet, dictionnaire, encyclopédie, bibliothèque…)

-créer du lien avec les enseignants : prendre des rendez-vous pour faire le point, aller aux réunions et, en cas de problèmes ou de désaccord avec la décision d’un enseignant, éviter d’en parler devant l’enfant car ils sont souvent perturbés, gênés par les conflits entre les parents et les enseignants et cela pourrait discréditer l’école à leurs yeux. Pour gérer les éventuels conflits, prenez rapidement contact avec l’enseignant en question.

 

Ce type d’accompagnement peut s’effectuer sur tout le cycle élémentaire ainsi qu’au collège, jusqu’à la classe de 3ème, et même après si l’enfant est demandeur.

 

Accompagner de loin, faire gagner en autonomie :

Peu à peu, l’enfant doit gagner en autonomie, savoir travailler seul et déterminer ses propres méthodes de travail (manière d’apprendre, organisation des documents de travail, constitution de fiches..).

Pour l’accompagner dans cet apprentissage, vous pouvez :

-l’aider à se constituer son propre planning de travail, de révision… pour la semaine ;

-lui demander de travailler dans sa chambre tout en vérifiant, après, ce qu’il a fait, puis, peu à peu, ne plus vérifier et le laisser voir par lui-même, en classe, les résultats de son travail autonome afin qu’il affine progressivement ses méthodes ;

-regarder avec lui des films ou documentaires en rapport avec le programme d’enseignement, et en discuter ensuite, afin d’affiner son esprit critique ;

-discuter avec lui de sa journée, de ses avancées, de ses découvertes, de ses préoccupations, scolaires ou non : montrez ainsi que, même si vous lui laissez de l’autonomie, vous vous intéressez à ce qu’il vit et fait.

 

Veiller à l’équilibre de l’enfant :

La réussite scolaire est importante, certes, mais elle ne doit pas se faire au détriment de la santé de l’enfant. Il est donc essentiel de veiller aux éléments suivants :

-le repos de l’enfant : heure de coucher, temps de sommeil, durée du travail scolaire… doivent être surveillés de près par les parents, même après 12 ans (combien d’élèves, dès la 5ème, me confient qu’ils se couchent souvent après 22h !). Les enfants et les adolescents ne sont pas capables de gérer eux-mêmes leur temps de repos, ils ne se rendent pas forcément compte de leur état de fatigue et ils cherchent naturellement à tester leurs propres limites. Cela pourrait les conduire à l’épuisement, avec toutes les conséquences physiques et morales qu’il entraîne (fatigue, découragement, démotivation, irritabilité…).

-l’activité physique : se dépenser, courir, se vider l’esprit… sont indispensables pour tout enfant. Il faut donc prévoir, dans son emploi du temps, des moments de liberté et de détente.

-l’alimentation : bien se nourrir, sans excès, de façon équilibrée, garantit un bon fonctionnement physique et neurologique à l’enfant.

-à partir de l’adolescence, les parents doivent être particulièrement attentifs aux conduites à risque (alimentation, alcool, drogues, sexualité, internet…). Les municipalités (parfois les collèges) organisent à présent de nombreuses réunions d’information à ce sujet, à destination des parents : n’hésitez pas à  y participer.

 

Savoir déléguer, savoir consulter :

Lorsque la situation vous paraît bloquée (lacunes trop importantes, refus d’écouter, indifférence…) n’hésitez pas à déléguer, au lieu d’envenimer la situation au risque de créer de réelles tensions au sein de votre famille. C’est difficile, mais les préoccupations scolaires ne doivent pas envahir la vie de famille (sorties familiales, fêtes…).

Pour déléguer et prendre de la distance, vous pouvez :

-contacter l’équipe éducative afin d’échanger sur les difficultés de votre enfant et trouver des solutions adaptées ;

- lorsqu’il s’agit de lacunes trop importantes pour que vous puissiez apporter votre aide, vous pouvez faire appel à des organismes de soutien, à un professeur particulier, un étudiant, au soutien scolaire proposé par le collège ou le lycée… Il ne s’agit en aucun cas de culpabiliser ou de vouloir faire à tout prix par vous-mêmes.

-lorsque la tension est trop grande entre vous et votre enfant, vous pouvez faire appel à un autre membre de votre famille, proche de l’enfant et dans lequel ce dernier a confiance : oncle, tante, grand-père, cousin plus âgé… Cette personne sera à même de dédramatiser la situation, d’apaiser les tensions et, pourquoi pas, de raisonner votre enfant ;

-lorsque vous sentez que le problème est plus profond, que votre enfant traverse une période sombre dont vous n’arrivez pas à saisir les causes, pensez à votre médecin traitant, souvent également fin psychologue, qui saura faire parler votre enfant (en consultation individuelle, en-dehors de votre présence, bien sûr) et déterminer s’il a besoin d’une autre forme d’aide.

Le tout est de ne pas laisser une situation difficile se nouer davantage encore.

 

 

A chaque parent de trouver l’équilibre qui correspondra au mieux aux besoins de son enfant, entre accompagnement et autonomie, dialogue et fermeté, détente et sérieux…

 

Voir aussi:

Réviser pendant les vacances…

Faire des fiches de cours, pourquoi, comment ?

Les fiches de cours: les différents supports

Comment bien travailler à la maison?

Comprendre le vocabulaire des professeurs

Apprendre une leçon

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 16:14

Après une année généralement tendue et difficile, il est essentiel de se détendre et de prendre le temps de s’amuser, de se consacrer à ses loisirs, à ses passions, à ses proches…

 

Toutefois, pour ne pas perdre le bénéfice de l’année passée à travailler, il est également important de réviser ses cours. Ainsi, les connaissances seront plus solides et le début de l’année scolaire sera beaucoup plus facile pour vous.  

 

Comment s’organiser ?

A partir de fin juillet, après une vraie coupure, vous pouvez envisager de vous remettre tranquillement à la tâche.

Plusieurs possibilités s’offrent alors à vous :

-consacrer une ou deux heures par jour à un travail scolaire

-y consacrer deux demi-journées par semaine

-…

Le tout, c’est d’entretenir votre mémoire scolaire au moins deux fois par semaine, ce qui vous laisse bien du temps pour vos loisirs…

 

Comment s’y prendre ? Quel matériel utiliser ?

Il existe évidemment de nombreux livrets d’exercices de vacances ainsi que des sites internet variés permettant de travailler de manière plus ludique, mais ils ne sont pas indispensables pour organiser des révisions de cours efficaces et complètes. La base doit rester vos cours de l’année précédente, voire des années précédentes.

 

Tout d’abord, dans votre chambre, ayez un endroit où stocker tous vos cahiers, cours, livres, classés par matière, afin de trouver facilement vos documents. Cela vous évitera la perte de temps et le découragement au moment de vous mettre au travail.

 

Ensuite, lorsque vous commencez un temps de travail, isolez-vous, sortez le cahier de cours de votre choix et, tout simplement, relisez attentivement un ou deux chapitres. Bien sûr, il vous faudra alterner les matières et les chapitres, pour que votre travail soit efficace et le plus complet possible.

 

Une fois cela fait, prenez un crayon et effectuez quelques exercices (ceux que vous avez faits dans l’année, sur votre cahier d’exercices). Cela vous permettra de ne pas perdre la main d’ici la rentrée, notamment dans des matières comme la géométrie.

Vous pouvez également être actif dans vos révisions en constituant quelques fiches sur les chapitres importants, ce seront autant de supports intéressants et utiles pour l’année à venir, notamment si vous passez un examen au bout.

 

Enfin, lorsque le temps que vous avez décidé de consacrer aux révisions est écoulé, ou lorsque vous commencez à vous lasser (car le but n’est pas de vous ennuyer), fermez et rangez vos documents de travail correctement et… retournez vous amuser !

 

Voir également:

Bien préparer la 3ème, conseils de lecture

Bien préparer la 2nde : Conseils de lecture

Bien préparer la 4ème : Conseils de lecture

Faire des fiches de cours, pourquoi, comment ?

Les fiches de cours: les différents supports  

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 19:36

Vous voilà devant ce qu’on appelle « la dernière ligne droite », ces quelques jours qui précède l’ouverture du bac ou du brevet. Alors, quelle attitude adopter pour réussir au mieux ces épreuves ?

 

A la maison

S’organiser, encore et toujours :

- Tout d’abord, isolez-vous : à une semaine des épreuves, votre travail doit être intensif car vous devez revoir beaucoup de chose en un temps très réduit. Pour éviter les pertes de temps et le stress, je ne peux que vous conseiller de ne pas prévoir de sortie ou de distraction qui prenne trop de temps (pour une semaine dans l’année, cela ne devrait pas poser trop de problème). Vous devez être concentré sur votre seul objectif : réussir vos examens. Si cela vous semble utile, vous pouvez même demander à vos proches de vous aider à vous isoler (ne pas vous déranger, filtrer vos appels ou vos visites…). Votre concentration doit rester optimale.

-Pour ce qui est de votre planning, il faut être efficace tout en évitant de vous assommer. Pour cela, travaillez par plage de 45 min, accordez-vous 5 min de repos (rangement, musique, coup de fil, lecture…) entre chaque période et faites de vraies pauses toutes les 2h-2h30.

- Utilisez les heures où vous êtes le plus efficace pour les matières les plus difficiles (généralement le matin jusqu’à 10h30-11h et le soir, entre 20h et 22h).

-Veillez, une nouvelle fois, à rester en forme : mangez, dormez suffisamment et pensez à sortir prendre l’air de temps en temps, c’est essentiel pour bien travailler et arriver à l’examen dans de bonnes conditions.

 

Quoi réviser ?

-Réviser uniquement les fiches que vous avez faites. Dans le cas contraire, relisez vos cours en les parcourant en diagonale, en sélectionnant les éléments importants (il n’est plus temps de faire des fiches !)

-Revoyez vos copies et exercices, en particulier les points sur lesquels vous avez fait des erreurs, afin de ne pas les reproduire.

-Vous pouvez également faire quelques entraînements, mais sans y accorder autant de temps que durant votre préparation : lisez les questions, réfléchissez-y, lancez quelques idées sur un brouillon et vérifiez dans le corrigé. Cela vous permettra d’une part de vous familiariser avec la démarche de réflexion attendue à l’examen, d’autre part de revoir les notions nécessaires pour réussir l’entraînement.

 

En cours 

-C’est le temps des fameuses révisions de fin d’année dans les matières où vous passez un examen. Vous devez en tirer parti le plus possible, en y participant activement. Cela signifie :

*préparer les révisions ou exercices demandés par le professeur ;

*écouter attentivement les nouvelles explications données par votre professeur ;

*prendre en notes les éléments qui vous sont utiles ;

*poser des questions sur des points restés obscurs dans votre esprit, ou sur des points d’élargissement.

-Il est également possible que vos enseignants vous proposent des entraînements aux épreuves. Là encore, vous devez en profiter au maximum. Comment ?

*en préparant les exercices demandés ou en révisant les chapitres sur lesquels portera l’exercice ;

*en étant actif lors de la correction : proposez vos réponses, allez au tableau faire les exercices, expliquez votre point de vue, apportez des éclaircissements à un camarade… tout cela vous permet de mettre en pratique vos connaissances et de les consolider ainsi.

 

 

Et les derniers jours avant les épreuves ?

Allez-y plus doucement. Relisez les cours que vous pensez maîtriser le moins, parcourez vos fiches, faites quelques exercices mais ne vous écrasez pas sous le poids d’un travail trop lourd et trop intense, sous peine d’arriver épuisé et découragé aux épreuves, ce serait dommage…

C’est aussi le moment de travailler en groupe, de vous poser des colles, d’avoir des échanges sur le programme, d’ouvrir des débats, de vous exercer ensemble… autant de moments alliant efficacement détente et révisions.

 

Dans tous les cas, BON COURAGE !

 

Voir aussi :

Réviser le brevet en 6 semaines

Réviser le bac de français

S'entraîner avant un examen

Pourquoi faut-il aussi se reposer pendant les révisions?

Partager cet article
Repost0
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 08:42

Bien souvent, vos professeurs vous conseillent de vous entraîner avant un contrôle ou avant un examen. Qu'implique ce terme?

 

S'entraîner, qu'est-ce que c'est?

- Tout au long de l'année, l'entraînement peut résider dans le fait de faire et refaire les exercices et analyses de textes proposés par votre professeur. Cette démarche vous permet d'assimiler progressivement méthodes et connaissances nécessaires à la réussite des vos évaluations, et de progresser régulièrement, donc sûrement!

Sachez également profiter des corrections faites par votre professeur: souvent, il ajoute des explications, souligne des points problématiques (ces fameux "pièges"), revient sur des points de méthodes... Vous devez noter ou mémoriser ces éléments supplémentaires au cours.

 

- En vue d'un examen (brevet, bac), l'entraînement peut prendre une nouvelle forme: vous confronter à de vrais sujets d'examen et les traiter ou bien en temps réel, ou bien en un temps plus long.

Cette préparation a souvent lieu en fin d'année, mais rien ne vous empêche de vous y mettre plus tôt. Par exemple, vous pouvez vous fixer comme objectif de faire un entraînement à l'examen par vacances scolaires. Ainsi, grâce à cela, vous aurez fait 4 entraînements autonomes dans l'année avant même de commencer les révisions intensives. Ce serait parfait!

Cet entraînement consiste à prendre un sujet d'examen (voir plus bas pour savoir où les trouver) et à le traiter intégralement, en vous aidant ou non de vos cours. Au début, n'hésitez pas à utiliser vos cours. Cela vous familiarisera avec les notions, cela vous permettra de mieux les assimiler. Par contre, à la fin de l'année, rien de tel! Travaillez avec les connaissances que vous maîtrisez, sans vos notes.

 

 

Pourquoi s'entraîner avant un examen?

- Pour acquérir la méthode, acquérir des réflexes, perfectionner une manière de faire, notamment pour l'analyse de texte au bac français: dans ce domaine, seul l'entraînement vous garantit d'acquérir les bons réflexes d'analyse, de réflexion, de raisonnement... Il s'agit ici de démarche, et non de connaissances. Une démarche se perfectionne grâce à la pratique, exactement comme lorsque l'on fait du sport et que l'on cherche à progresser. Plus vous vous entraînerez, et plus votre méthode sera juste, fine, complète.

- Pour ancrer les connaissances: les connaissances apprises par coeur ont leurs limites. Sans mise en pratique, elles ne sont pas réellement assimilées et se perdent rapidement. Or, lorsque vous passez un examen, on vous demande de faire appel à des connaissances acquises depuis le début de l'année scolaire, si ce n'est avant. Il est donc nécessaire que ces savoirs soient profondément ancrés dans votre mémoire. Les exercices, entraînements, mises en pratique sont là pour vous y aider car c'est dans ces moments-là que les connaissances deviennent plus concrètes, plus utiles et plus fortement assimilées.

- Pour apprendre de ses erreurs: l'apprentissage n'est pas un parcours lisse et sans embûche. Chacun connaît des échecs, commet des erreurs. Face à ces expériences peu agréables, il faut savoir réagir et comprendre que ce n'est qu'en réfléchissant à ses erreurs que l'on peut transformer l'échec en réussite. Pour cela, lorsque vous vous apercevez que vous avez échoué à un exercice, à une analyse de texte, vous devez prendre le temps de réfléchir à cet échec: où, exactement, avez-vous raté? Quelles connaissances vous ont manqué et pourquoi? Quelle étape de raisonnement avez-vous omise et pourquoi? ... Posez-vous des questions, répondez-y le plus honnêtement possible et, bien sûr, cherchez des solutions: comment pourriez-vous éviter de reproduire cette erreur? Comment améliorer votre préparation? Comment anticiper...? Notez tout ce raisonnement sur une feuille et relisez-le avant une nouvelle évaluation, afin de vous rappeler vos erreurs passées.

- Pour éviter l'effet de surprise: En effet, les entraînements vous permettent de vous confronter à des sujets nombreux et variés. Dès lors, moins de surprise face au vrai sujet d'examen, moins de stress et une mise au travail plus rapide!

 

 

Comment s'entraîner?

- Toutd'abord, mettez-vous dans de bonnes conditions pour travailler (voir: les conditions de l'apprentissage). Bloquez-vous une à deux heures (voire plus si vous travaillez dans les conditions de l'examen) et prévenez vos proches qu'il ne faut pas vous déranger.

- Seul ou à plusieurs?

L'avantage de travailler seul, c'est que vous avancez à votre rythme, que vous pouvez travailler n'importe quand, selon votre propre planning, que vous ne perdez pas de temps en organisation...

L'avantage de travailler en groupe, c'est que vous pouvez échanger sur des points problématiques, vous inspirer des méthodes de travail de vos camarades (comment ils font leurs fiches, comment ils plannifient leurs révisions...) et vous pouvez vous soutenir moralement lorsque des baisses de forme (cela arrive!).

Un mélange des deux peut être une bonne chose.

- Où trouver des sujets?

Il y a bien sûr l'achat d'Annabac ou d'Annabrevet. Ce sont des ouvrages qui regroupent tous les sujets d'examen tombés dans différentes académie, sur les 10-15 dernières années. Il existe des corrigés également, ce qui peut être utile pour l'entraînement autonome.

Vous avez également la possibilité de travailler avec vos manuels: bien souvent, à la fin de chaque séquence, se trouvent des sujets types. Traitez-les et proposez à votre professeur de lui rendre quelques travaux pour avoir son avis.

Internet est enfin riche en sujets. Voici quelques liens:

BREVET: Sujets non corrigés (dans toutes les matières, descendre jusqu'à DNB, car le CFG ne vous concerne pas)

Magister, sujets pour le bac français écrit - Etudes littéraires (sujets et corrigés)

Pour l'oral de français au bac: ce sont les textes de votre corpus qui constituent vos entraînements. (Voir Réviser le bac de français )

 


Voir également, autour des examens:

Réviser le bac de français

Lire et étudier la poésie (vers le BAC)

Méthodologie du commentaire au BAC: Les citations

Méthodologie du commentaire au BAC: L'introduction

Méthode pour l'oral

Lire seul une pièce de théâtre et en garder une trace en vue du bac

Savoir rédiger : le commentaire

Pourquoi faut-il aussi se reposer pendant les révisions?

Brevet de français, questions-types

Le brevet de français, conseils généraux

Réviser le brevet en 6 semaines

 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 20:20

Il est des élèves qui commencent leur journée en révisant, et qui la terminent en .. révisant, tout en ayant fait ribambelle d'exercices, d'entraînements, de fiches... entre-temps. Le risque pour de tels élèves est de finir par perdre pied et de se retrouver exténués la veille des épreuves, ce qui serait vraiment du gâchis.

Un conseil essentiel, dès lors: reposez-vous! Alternez les périodes de travail intensif et les périodes de détente, et surtout, dormez!

 

Pourquoi?

1) Personne n'est capable de travailler efficacement plusieurs heures sans faire de pause. L'attention, la mémorisation perdent en efficacité au fil des heures de travail si le cerveau ne se détend pas.

2) Moralement, il est très difficile, pour un élève, de terminer sa journée sans avoir eu une seule période de temps libre et de divertissement.

3) Enfin, c'est durant le sommeil que les apprentissages se font, que les connaissances s'ancrent dans la mémoire et s'organisent dans votre cerveau. Il ne faut donc pas écourter vos nuits sous prétexte que vous passez un examen.

 

Comment? Quel type de détente?

Vos périodes de détente peuvent être plus ou moins longues, selon vos envies et selon le temps que vous avez consacré au préalable à vos révisions. Généralement, on fait une pause toutes les 40-50 minutes.

Cela peut être:

*Quelques minutes pour:

-passer un coup de fil, aller sur internet retrouver vos amis

-prendre un goûter

-faire une partie de jeu vidéo

-lire quelques pages d'un roman, d'une bd, d'un magazine

-écouter de la musique

-...

*Une petite heure, lorsque vous avez enchaîné plusieurs périodes de travail, pour:

-vous balader

-regarder une série

-faire une courte sieste

-faire du sport, pour vous détendre et retrouver de l'énergie

-...

 

Mais attention, dans tous les cas, ces périodes de pause ne doivent pas dépasser une heure, faute de quoi vous perdrez votre objectif de vue et votre esprit n'arrivera pas à se remobiliser pour travailler à nouveau.

 

Voir aussi:

Réviser le brevet en 6 semaines

Faire des fiches de cours, pourquoi, comment ?

Les fiches de cours: les différents supports

Comment bien travailler à la maison?


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de J.T
  • : Des conseils et des méthodes d'un professeur de Lettres pour mieux étudier, à destination des collégiens, des lycéens, voire des étudiants.
  • Contact

Besoin d'aide?

Si vous avez des demandes particulières, n'hésitez pas à me contacter en cliquant sur le lien ci-dessus. J'y répondrai dès que possible!

Recherche

Catégories

Liens